logo_facebook_2 logo-instagram

Fermé/Gesloten/Closed: 15/07 - 15/08/19 incl.



NL | Eng.

ALTÉRITÉS
ANTONIO JIMÉNEZ SAIZ, LIONEL JUSSERET , FANNY LE GUELLEC
MICHEL LORIAUX, SABINE MEIER

5/06 -1/09/2019


Fermeture du 15/07 au 15/08 inclus



L’altérité désigne ce qui est autre, ce qui est extérieur à soi. Cette signification globale, qui peut paraître évidente, révèle, si on l’approfondit, toute une série de paramètres, qui démontrent au contraire la complexité de cette notion et évoquent étonnamment la procédure photographique
elle-même.

À commencer par le fait que la conscience que nous avons de l’autre, c’est-à-dire de celui qui n’est
pas nous, renvoie inévitablement à notre propre identité. L’autre nous conduit, en vis-à-vis, à nous interroger sur ce qui nous constitue en propre, dans nos ressemblances et nos différences à lui.
Cette identité n’est pas simplement une opposition de nature, précise Patrick Colin, elle se fonde sur une relation. Dans ce monde alentour existe un étant particulier qui pose au plus haut point le paradoxe de l’autre: identique et différent. Cet étant particulier c’est l’autre humain, l’autre qui me ressemble et n’est pas moi, mon alter-ego.1

Il y a là un effet miroir, de l’autre à nous, qui n’est pas sans rapport avec celui produit par la représentation photographique. Reflet du monde, cette image-miroir renvoie dans le même temps
à son auteur et à la singularité irréductible de sa perception.

Par ailleurs, l’appréhension de l’autre -ou des autres-, induit une variété de réponses possibles, oscillant, comme le souligne Angelo Turco 2, entre hospes et hosties, entre coopération et hostilité, rapprochement et distanciation, acceptation et rejet. La véritable rencontre de l’autre devra dès lors nécessairement passer par un rapprochement, selon le désir ou la volonté de reconnaître les ressemblances prioritairement aux différences.

Or, là encore, cette décision de rapprochement, nous paraît aussi celle dont procède la photographie, en ce qu’elle impose, tant au photographe qu’au spectateur, d’aller voir, au minimum de s’approcher, voire se rapprocher. Et si nous ne nous formons de l’autre qu’une représentation, une image, souhaitons que celles produites par les différents corpus photographiques réunis dans cette exposition, contribuent à atténuer les frontières entre eux et nous -entre (tous) les autres et nous-, de sorte que dans ses différences physiques, mentales ou culturelles, l’autre nous reste accessible et continue d’exiger que nous nous (re)définissions à son contact.

Danielle Leenaerts, Commissaire de l’exposition

1 Patrick Colin, «Identité et altérité», in: Cahiers de Gestalt-thérapie, 1/2001 (n°9), p. 53.

2 Angelo Turco, «Altérité», in: Jacques Lévy, Michel Lussault (sous la dir. de), Dictionnaire de la
géographie et de l’espace des sociétés
, Paris, Belin, 2003, pp. 58-59.


LES ARTISTES


LES ARTISTES | BIOGRAPHIES



ANTONIO JIMÉNEZ SAIZ | No nos aprenden a morir


antonio_jimenez_saiz_site
© Antonio Jiménez Saiz, série No nos aprenden a morir, 2017

C’est dans le gris qu’Antonio Jiménez Saiz trouve la juste nuance d’une réalité complexe, qui se situe ni tout à fait dans la vie, ni tout à fait dans la mort, mais dans la temporalité de quelqu’un qui n’a plus que des bribes de souvenirs. C’est ce qu’évoque le titre de la série et du livre, «No nos aprenden a morir», étrange mélange d’espagnol et de français (frañol), que l’on pourrait traduire par «On ne nous apprend pas à mourir». Le photographe décline cette histoire en une fable sur la perte de la mémoire. Des images plus abstraites, aux noirs prononcés, marquent des instants silencieux, ceux de l’oubli.
De cette relation avec l’autre, le photographe retient des instants de plaisir, une complicité née dans le jeu photographique. C’est ainsi qu’il développe, à partir de l’histoire individuelle, une réflexion plus universelle sur l’altérité et la mémoire. Cette universalité s’incarne aussi dans le caractère androgyne du sujet photographié.



LIONEL JUSSERET | Kinderszenen


lionel_jusseret_site
© Lionel Jusseret, sans titre, série Kinderszenen, 2011-2017

À travers les 13 chapitres de la série Kinderszenen, Lionel Jusseret entreprend un voyage onirique,
à la fois naïf et angoissant, souvent mystérieux. Cette longue suite d’images dresse le portrait d’enfants dits autistes, que l’auteur traite à contre-courant des «polémiques médiatiques contemporaines».
C’est dans la parenthèse de leurs vacances à la campagne, loin de la violence des murs, que le photographe pose un regard anthropologique et poétique sur ces enfants. Il déroule une narration singulière, construite sur un profond respect de l’autre. Celui-ci, faisant partie intégrante du processus créatif, se révèle dans des réactions semi-improvisées et des moments plus humains et naturels. Lionel Jusseret amène le spectateur à questionner notre perception de l’autisme, qui manque souvent de poésie et d’innocence.

Avec le soutien des fondations l'Estacade et Vocatio.


Vocatio&estacade
www.lioneljusseret.com



FANNY LE GUELLEC | Têtes perdues


fanny_le_guellec_site
© Fanny Le Guellec, série Têtes perdues, 2015

Fanny Le Guellec, à la fois photographe et éducatrice, s’intéresse à des thèmes tels que la folie, la marginalité, l’altérité. Dans cette série, elle pose son regard sur la Bastide, un centre d’hébergement pour adultes, qui accueille une vingtaine de résidents connaissant des situations difficiles telles que des troubles psychologiques. Le centre fait parfois l’objet d’une demande d’aide de la part des familles.
La photographe crée une relation privilégiée avec les résidents du centre et témoigne de leur condition et de leurs sentiments, en usant de son appareil photographique. Elle redonne ainsi une identité à ces personnes qualifiées «d’inaptes à la vie en société», car elles expriment un comportement hors normes. Le travail de Fanny Le Guellec s’inscrit dans un dialogue avec l’autre, où la norme est sans cesse remise en question.



MICHEL LORIAUX | Seul avec les autres


michel_loriaux_site
© Michel Loriaux, série Seul avec les autres, 2015

Michel Loriaux prend ses photographies là où personne n’aurait posé les pieds naturellement: qu’il s’agisse d’un groupe de sans-abris occupant un terril en autogestion, de femmes s’occupant seules de leurs terres agricoles ou, pour ce qui concerne la série La Porte Ouverte, d’un groupe de jeunes autistes et psychotiques. Le photographe cherche à évacuer les lieux communs afin de laisser place à l’instant décisif qu’évoquait Cartier-Bresson.
Cet instant, c’est celui de l’altérité, que le photographe a observée pendant deux ans, en partageant de nombreux moments avec ces enfants, avec la volonté de se faire accepter sans s’imposer.
Michel Loriaux laisse ainsi la mise en scène aux sujets, et c’est alors qu’il vient capter l’identité de ceux qu’il définit comme étant «seuls avec les autres».

Textes: David Grançon


SABINE MEiER | Autoportraits


sabine_meier_site
© Sabine Meier, Me voyant d'où il me voit (reconstitution) - Marseille - 9M15, 2000

«Entre 2000 et 2006, j'ai produit une série de 32 autoportraits.
Rien ne me prédestinait aux autoportraits: en tant que personne, je ne m'intéresse pas beaucoup et photographier des humains -fut-ce moi-même- me tétanisait.
C'est le projet de reconstituer un événement, dont j’avais été l’un des protagonistes treize années auparavant, qui a produit le premier autoportrait, Me voyant d'où il me voit (reconstitution).
Je m’étais placée à l’endroit où je m’étais alors trouvée et j’avais posé l’appareil photographique là où se tenait l’autre de l’histoire. Le cordon, visible sur l'image, est finalement devenu le personnage principal de l’image. Il concrétise le lien de deux entités: celui qui voit et celui qui est vu.

L'autoportrait est une adresse à l'autre, mais empreinte d'une grande mélancolie, parce que l'autre toujours manque, décalé dans l'espace et le temps.»

Texte: Sabine Meier

www.sabinemeier.com



LES ARTISTES | BIOGRAPHIES


Adresse:


Contretype
Cité Fontainas, 4A
1060 Saint-Gilles.
Tél.: 00 32 (0)2 538 42 20

La galerie est accessible au public du mercredi au vendredi de 12 à 18h,
samedi et dimanche de 13 à 18h, sauf jours fériés.
Fermeture du 15/07 au 15/08/19 inclus.
Entrée libre.


Fontainas_Kim_Zwarts_2
Photo de la Cité Fontainas, Saint-Gilles: Kim Zwarts.








AVEC L’AIDE DE LA FÉDÉRATION WALLONIE-BRUXELLES,
DE LA COCOF ET DE LA COMMUNE DE SAINT-GILLES.

pub_membres_Contretype

LE VERNISSAGE


vernissage_alterites_thumb


ALTÉRITÉS
Antonio Jiménez Saiz, Lionel Jusseret, Fanny Le Guellec, Michel Loriaux, Sabine Meier.


Consulter ici

COLLABORATION
ARGOS-CONTRETYPE


Dans la foulée de l’exposition «Look at me», qui proposait une sélection de photographies de la collection Contretype intégrées à des vidéos de la collection d’Argos, nous poursuivons cette collaboration avec une seconde exposition sur le thème du paysage, intitulée THERE ALL IS ORDER AND BEAUTY, qui se déroulera du 19 mai au 14 juillet 2019.
Vernissage ouvert à tous le samedi 18 mai 2019
de 18 à 21H.
Photographies d’Elina Brotherus, Philippe Herbet, Alain Paiement, Sébastien Reuzé et Satoru Toma.

Infos: contretype.org et www.argosarts.org


9e BIENNALE DE PHOTO
EN CONDROZ


les 3,4,10,11,15,16,17,18, 24 et 25 août 2019
à Marchin et Ossogne

20 expositions, dont une proposant un choix parmi les collections de Contretype. Photographies de Marie-Noëlle Boutin, Elina Brotherus, André Cepeda, Vicente de Mello, Angel Marcos, Bernard Plossu, Sébastien Reuzé et Satoru Toma.

Infos: www.biennaledephotographie.be


CARACTÈRES


Dernières livraisons de livres à la librairie de Contretype:

Un nouveau monde/Louise Narbo
Darkest Night/Joël Van Audenhaege
Les champignomes/Paolo Gasparotto, André Jasinski, Patrick Liégeois.

En savoir plus...


PROPOSITIONS 2019


Sont invités à participer aux "Propositions d'artistes 2019", les auteurs photographes résidant en Fédération Wallonie-Bruxelles, ayant terminé leur cursus scolaire, âgés de 20 ans minimum et n'ayant pas atteint l'âge de 40 ans au 1er janvier 2019.

Date limite du dépôt des dossiers: au plus tard le 17 septembre 2019. Infos