ACTUALITÉS

RENCONTRE-DÉBAT


le mardi 11 décembre 2018 à 19h

Mise en discussion des enjeux à l’œuvre dans amnesia, travail vidéographique de Lucile Bertrand,
par Marie-Aude Baronian et Aristide Bianchi*

Infos sur la vidéo amnesia


lucile_bertrand_site_003
amnesia © Lucile Bertrand, 2014


*Marie-Aude Baronian, docteur en philosophie et en études cinématographiques, est professeure associée à la Faculté des Sciences Humaines de l’Université d’Amsterdam. Elle est spécialisée dans les questions du rapport entre mémoire et image, et entre éthique et esthétique.

Aristide Bianchi, dessinateur, a programmé en 2014 le cycle Jean Grémillon : « à front découvert » (Cinematek) et coorganisé en 2016 deux séances Raymonde Carasco répondant à la présentation bruxelloise de ses carnets Tarahumaras, en présence de Régis Hébraud.


ARCHIVES


Exposition inaugurale du Summer Of Photography 2018

le mardi 5 juin 2018 à 18h

L'INDUSTRIE... ET APRÈS?

Claire Chevrier, Jean-Pierre Gilson, Marc Pataut,
Bernard Plossu, Jorge Ribalta, Michel Séméniako,
Valentine Solignac


à 18h  Vernissage de l'exposition

à 19h  Rencontre sur le thème des résidences de création
avec Satoru Toma, artiste et Danielle Leenaerts pour Contretype,
Claire Chevrier, artiste et Muriel Enjalran pour le CRP/

Exposition du 6/06 au 02/09/2018

Fermeture du 16/07 au 15/08/2018 inclus

Plus d'infos...



Dans le cadre de l’exposition “La classe A008” d'Isabelle Detournay, Contretype propose:

le jeudi 15 mars 2018 à 19H00
 
présentation du livre “La classe A008”

par Jean-Marc Bodson, photographe, enseigne l'histoire de la photo et l'analyse de l'image à l'Ecole Supérieure de l'image « Le 75 », critique à La Libre et Isabelle Detournay.

Depuis toujours, Isabelle Detournay s’immisce dans des environnements que la société stigmatise.
Des dispensaires aux cliques de majorettes en passant par le comptoir de la taverne El Carès, dans le quartier populaire des Marolles à Bruxelles, sa présence insistante et sa manière singulière d’observer, de détailler, de confronter, de s’attacher convient le spectateur à la même table, dans la même chambre d’hospice ou sur les mêmes bancs d’école à la rencontre de l’individu dans son humanité.

En 2013, quand le regard d’Isabelle Detournay se pose sur l’Institut des arts et métiers et son architecture imposante à la périphérie de la ville, il ne s’agit pas de décrire les stigmates portés par l’enseignement ou d’en faire l’apologie. C’est une intuition cinématographique qui projette l’artiste dans les entrailles de l’édifice au plus proche de son sujet. Depuis l’extérieur, à travers les baies, ce sont les individus qui mettent en mouvement le lieu qui l’attirent. On peut entrevoir les images projetées et les profondeurs de champ rythmées par la plastique des machines, elles-mêmes entremêlées aux détails architecturaux dignes d’un établissement d’enseignement dévoué aux métiers d’art. Une vision ornementale, presque picturale, qui rappelle à quel point l’univers
du travail et des savoir-faire a déjà fasciné les artistes. (…)

D’hommes, de femmes, d’enfants dans leur contexte social, il en existe toujours dans le travail d’Isabelle Detournay. Sans voyeurisme, mais avec la volonté de les mettre sur un pied d’égalité, de capter leur sensibilité, leur contenance, leur passion, leur crainte, leur vie…  
Au local A008, tout était justement imparfait, une absence esthétique qui lui sautait aux yeux.
Seul l’humain pouvait s’exprimer dans cette chorégraphie du journalier que la photographe nous livre dans des clichés agencés à la manière d’une peinture de genre. Ainsi, Isabelle Detournay accède au ventre de l’école, qui l’attirait depuis la rue, pour y palper, de son objectif, les métaux rouillés, les tissus souillés, les chairs moites, celles qui dérangent, s’agitent, se déplacent, s’enlacent, se délacent, se contorsionnent, se maltraitent...

Trois années passées à photographier et à faire de ces jeunes hommes et de leurs machines les héros d’un travail plastique destiné aux musées alors que leur appréciation culturelle du « beau portrait » s’éloigne de cette photographie qui ne respecte en rien les canons esthétiques. (…)

Extraits du texte «Pourquoi tu me photographies?» d’Adèle Santocono, in: Isabelle Detournay,
«La classe A008», Marseille, Editions Le Bec en l’air, 2017, pp. 79-81.

Entrée gratuite - Bar payant

Lieu: Contretype
Cité Fontainas, 4A - 1060 Bruxelles (Saint-Gilles)

Réservation souhaitée: eb.contretype@skynet.be ou tél.: 02/538 42 20


classA008_book_site



 

Isabelle Detournay, La classe A008
Andréa Réa, Adèle Santocono, Isabelle Detournay (textes), 
Isabelle Detournay (photos), 
La classe A008, Marseille, 
Le Bec en l’air Editions, 2017. 
Edition bilingue français-anglais. 
Format: 26,7 x 19,4 cm, 
couverture cartonnée et toilée, 
98 pages, 38 images
+ 1 poster en couleurs. 
ISBN: 978-2-36744-106-1 
Prix de vente: 29 €



Dans le cadre de l’exposition “Everything You Can See Through That Little Hole” de Michel Mazzoni, Contretype propose:

le vendredi 9 mars 2018 à 19H00

présentation du livre “Amorces” de Michel Mazzoni
par Benoît Dusart, critique d'art, curateur indépendant, professeur de sociologie,
Manu Blondiau, co-éditeur (alt editions) et concepteur graphique du livre, et Michel Mazzoni.

« αστάρια » (Amorces) est un projet auquel Michel Mazzoni a travaillé pendant des années, par étapes successives, et parfois dans le même temps que l'édition de ses autres livres. Ce nouvel opus éclaire la genèse respective des précédents autant qu'il nous montre la quintessence de la recherche de l'auteur comme pratique artistique. C'est aussi bien un retour qu'un nouveau commencement avec des allées-venues inattendues. Dans ce livre, les images se côtoient sur le principe du télescopage et de l’écho avec des fac-similés de textes scientifiques. L’utilisation d’un papier bible très fin permet de révéler le fantôme de chaque image. Avec « αστάρια » (Amorces) le spectateur se trouve plongé dans une expérience universelle de «l’instant», une épiphanie comme disait James Joyce.

Entrée gratuite - Bar payant

Lieu: Contretype
Cité Fontainas, 4A - 1060 Bruxelles (Saint-Gilles)

Réservation souhaitée: eb.contretype@skynet.be ou tél.: 02/538 42 20


Mazzoni_book



Michel Mazzoni, Amorces
Bruxelles & Paris, Alt Editions & Editions Enigmatiques, 2017.
Format: 24,4 x 16,2 cm,
couverture souple sous coffret cartonné,
424 pages, 170 images, 15 textes en fac-similé.
Tirage limité à 300 exemplaires.
ISBN: 978-2-9560841-1-2
Prix de vente: 35 € (pendant l'exposition)




Dans le cadre de l’exposition “Mère et Fils” d’Anne De Gelas, Contretype propose:
le jeudi 14 décembre 2017 à 18H30

présentation du livre “Mère et Fils” d'Anne De Gelas
par Danielle Leenaerts, Docteur en Histoire de l'Art, et Anne De Gelas.

DeGelas_FB

Entrée gratuite - Bar payant

Lieu: Contretype
Cité Fontainas, 4A - 1060 Bruxelles

Réservation souhaitée: eb.contretype@skynet.be ou tél.: 02/538 42 20



Dans le cadre de l’exposition “Venir Voir”

Contretype propose:

le jeudi 19 novembre 2015, à 19H00

présentation des livres “Empire” de Marie Sordat et “L’oublié” de Matthieu Marre

récemment parus dans la collection «Angles Vifs» de Yellow Now (www.yellownow.be)

par Emmanuel d’Autreppe, éditeur, et les photographes

Projection de photographies et discussion avec le public

Entrée gratuite - Bar payant

Lieu: Contretype
Cité Fontainas, 4A - 1060 Bruxelles
Réservation souhaitée: eb.contretype@skynet.be ou tél.: 02/538 42 20

empire_marie_sordat

Marie Sordat, «Empire», 2015.

Format 21 x 16,5 cm, 128 pages,
100 images couleur et noir et blanc,
couverture cartonnée
Prix de vente: 22 €.


Marre_cover_Chimp

Matthieu Marre, «L’Oublié», 2015.
Format 21 x 16,5 cm, 224 pages,
178 illustrations en bichromie,
couverture souple à rabats
Prix de vente: 23 €



3_logos_Venir_Voir


Présentation en deux volumes "White Days/Le Refuge"

le mardi 10 février 2015, à 19h

par Emmanuel d’Autreppe, éditeur, et Emilia Stéfani-Law.

Projection de photographies commentées par Emilia Stéfani-Law et discussion avec le public

Chez Contretype (nouvelle adresse: 4A, Cité Fontainas - 1060 Bruxelles).

Entrée libre

Réservation souhaitée: eb.contretype(at)skynet.be ou tél.: 02/538 42 20


emilia_stefani_law_3


Emilia Stéfani-Law, de la série La Mue, 2013, 40 x 40 cm

«Une femme qui regarde, cherche un refuge en plissant les yeux. Retour par les nationales, la route est belle, plate et brumeuse. Le cœur en friche. Le cœur en nage. Le cœur en dents de scie. Le cœur en robe de chambre. Le cœur en émoi. Le cœur endimanché. Le cœur en berne. Le cœur en grève.
Le cœur en ligne de mire. Le cœur en rade. Le cœur en noir. Le cœur en rose. Le cœur en coton.
Le cœur en miettes. Le cœur en papillote. Le cœur en sueur. Le cœur en deux. Le cœur en peau de cochon.
J’ai reçu ce message ce matin: ‘L’Amérique me semble inateignable...’.
Il arrive que mes nuits soient comme des jours.»
(Emilia Stéfani-Law, extraits du Refuge)


Refuge_book


Emilia-Stéfani Law, White Days/Le Refuge
Crisnée, Editions Yellow Now, Collection: Côté photo/Angles vifs, 2013.
Format 21 x 17 cm - 2 volumes de 48 et 72 pages sous coffret souple– 90 Illustrations en quadrichromie.

Textes et photographies: Emilia Stéfani Law. ISBN 978-2-87340-343-0 - Prix de vente: 23 €.
www.yellownow.be