ANNE-SOPHIE COSTENOBLE
Le silence de l'oiseau
23/09 - 31/10/15


In English | NL versie



anne_sophie_costenoble_2

Anne-Sophie Costenoble, sans titre, 2014, 35 x 50 cm

La photographe dit tirer le fil de son dernier travail d’un extrait du livre Cristallisation secrète, de l’écrivain japonaise Yoko Ogawa: « Mes souvenirs ne sont jamais détruits définitivement comme s’ils avaient été déracinés. Même s’ils ont l’air d’avoir disparu, il en reste des réminiscences quelque part. Comme des petites graines. Si la pluie vient à tomber dessus, elles germent à nouveau.
Et en plus, même si les souvenirs ne sont plus là, il arrive que le cœur en garde quelque chose. Un tremblement.
»

A coup sûr c’est de ce même tremblement que vibrent les images d’Anne-Sophie Costenoble. La série "Le silence de l'oiseau" vient de l’émotion et elle y retourne, en suscite, en distille. Instants ordinaires et fragiles, bribes de récit sans mots (ou alors chuchotés), sans bruits (ou alors feutrés, lointains), rêveries dégagées d’une intimité, collier de petites choses qui égratignent le cœur et charrient une poésie singulière, en apparence hors du temps.

D’où vient cette impression d’une épaisseur littéraire dans ce projet ?... Madeleines proustiennes, souvenirs d’enfance, êtres chers à peine effleurés, objets porteurs de messages muets, alternant familiarité et étrangeté. Des visages, de la grâce. Pas de mots toutefois, justement, mais au contraire le frémissement d’une confession qui tient tout entière dans le feuilletage des images. Elles s’adressent à l’œil, mais parlent tout autant au toucher, à l’ouïe, à l’odorat… Elles en appellent aux saveurs plus qu’à notre savoir.

Après des études de kinésithérapie et d’histoire de l’art, Anne-Sophie Costenoble a découvert la pratique photographique avec lenteur, en élargissant peu à peu son appréhension du monde.
La fréquentation d’ateliers, des rencontres déterminantes (avec Françoise Huguier, Jean-François Spricigo, Nicolas Van Brande) ont amené son travail sur des voies inédites : membre du collectif Caravane et volontiers adepte d’une approche documentaire, on sent que la photographe a obéi ici
à une petite voix plus personnelle, faite de sous-entendus, d’énigmes effleurées du bout des doigts, d’introspection, de sensualité.

Il lui arrive également de proposer des images sous forme d’installation : clichés réalisés par elle ou photographies anciennes, préservées mais mises à distance à la fois sous des globes de verre. Deux projets sonores de Valérie Callewaert (réalisatrice radio) complètent la proposition soutenant le propos général de l'exposition. Une fable au son étouffé émanant d'un des sept globes de mariée, et dans une salle isolée, un film "la nuit le jour" à partir d'images qu'elle a choisies dans la série "Le Silence de l'oiseau". Evocation de l’empreinte du temps sur les images, méditation sur leur impact affectif – qu’elles soient mentales ou matérielles.

Les photographies d’Anne-Sophie Costenoble dévoilent alors encore mieux ce qu’elles sont, fondamentalement : des chambres d’écoute, en prise directe sur les frémissements du cœur, en connivence avec les bribes de lumière tapies dans les ténèbres – poussières de feu sur la glace nocturne de la mémoire.

Emmanuel d’Autreppe, février 2014


Video


Capture_Anne_Sophie_Costenoble


Video réalisée par Bruno Willems








Après des études de kinésithérapie et d’histoire de l’art, Anne-Sophie Costenoble découvre la pratique photographique lentement en découvrant le monde.

La fréquentation d’ateliers de photographie, les rencontres avec des personnalités comme Françoise Huguier, Jean-François Spricigo et Nicolas Van Brande amènent son travail à prendre une forme narrative et poétique. Elle est membre du collectif Caravane.

Ses photographies ont été exposées en Belgique notamment au Musée de la photographie de Charleroi mais également en France dans le cadre du Festival Circulation(s) avec le collectif Caravane, lors des Transphotographiques de Lille, à Arles et projetées au Bal à Paris. Ses travaux ont également été présentés en Bulgarie, en Lituanie, en Espagne ainsi qu'au Mali (Rencontres de Bamako 2007).

En 2014 est publié le livre “Le silence de l’oiseau”, préfacé par Jean-François Spricigo.

Son site perso: www.ascostenoble.be

Le site du collectif Caravane:
www.collectif-caravane.com