OLIVIER THIEFFRY est né en 1974 à Lille, France; il vit et travaille à Bruxelles.

Dès l’école secondaire, il opte pour une orientation photographique, en suivant durant quatre années les cours de photographie à Saint-Luc, Tournai. Il poursuivra ensuite un enseignement supérieur d’une durée de cinq ans à l’ENSAV La Cambre, Bruxelles, en section photographie; il achève ses études en 2000.
Il est actuellement assistant en Photographie à l’ENSAV La Cambre, Bruxelles.

En juillet 1999, il est lauréat des “Propositions d’artistes” de l’Espace Photographique Contretype; l’exposition collective qui en résulte (avec Anne Penders, Sébastien Reuzé et Olivier Vanderaa) aura lieu à Contretype en avril 2000. En mai, il présente un triptyque à l’exposition collective “Salon de mai”. Suivra alors, du 22 septembre au 21 novembre 2000, une exposition collective intitulée “Quais”, à la gare Bruxelles-Chapelle (avec Marie-Noëlle Dailly, Anne Penders, Sébastien Reuzé et Olivier Vanderaa), coorganisée par Contretype et Recyclart. En novembre 2000, il reçoit une commande de l’Université Libre de Bruxelles pour une couverture de livre.

En février 2001, il prend part à l’exposition collective “30 minutes d’art contemporain”, à l’ancien hôpital d’Ixelles, Bruxelles. En mars 2001, il collabore à une exposition collective à Contretype2/La Raffinerie, dans le cadre du festival de danse Via. En septembre de la même année, son travail est montré lors d’une exposition collective à la galerie Observatoire 4, dans le cadre du Mois de la photographie de Montréal, Québec. En novembre 2002, il participe à une exposition collective à la galerie Medium, dans le cadre du mois de la photographie de Bratislava, Slovaquie.

En mai-juin 2003, l’Espace Photographique Contretype, Bruxelles, lui consacre sa première exposition personnelle. En 2004, il bénéficie d’une exposition personnelle à la galerie Bolt de Budapest, Hongrie, dans le cadre du Mois de la Photo de Budapest. La même année, il participe à l’exposition collective «Startistes» coorganisée par Contretype et l’Adisc, Bruxelles. En 2005, il expose à Stimultania, dans le cadre de l’Eté de la Photographie de Strasbourg, France. L’année suivante, il participe à une exposition collective à la Alice Gallery, Bruxelles et à l’exposition collective «A l'image de rien» (25 auteurs photographes dans le cadre des 25 ans de Contretype, Bruxelles). En 2006 toujours, une exposition personnelle lui est dédiée au Centre culturel Jacques Franck, Bruxelles, dans le cadre de l’Eté de la Photographie.

En 2007, il participe à la vente publique de photographies contemporaines Pierre Bergé (Palais des Beaux-Arts de Bruxelles).
En 2009, ses photographies sont montrées lors d’une exposition collective d’artistes italiens et belges aux Halles Saint-Géry, Bruxelles, ainsi que dans le cadre du projet «Reflect 3», exposition de 3 photographes au Musée d’Architecture La Loge, Bruxelles.



blocks_image

OLIVIER THIEFFRY
Crossword

14/03 - 22/04/2012
Espace salle de bain


thieffry_montage_2
Olivier Thieffry, sans titre

Olivier Thieffry peut photographier «n’importe quoi». Tous les motifs peuvent l’intéresser; ce qu’il recherche d’abord c’est le «climat» qui émane de ses sujets en adéquation avec ses états d’âme du moment.

Il prélève des images dans des magazines, à la télévision; il peut recycler d’autres photographies et les mêler à ses propres prises de vues. Toutes ces images ont pour lui le même statut, la même importance. Visages, objets, lettres, reflets sont autant de traces, ténues, d’un autre monde qui se situe au-delà de la réalité.

Alors que ces photographies sont conçues individuellement, choisies pour la sensation qu’elles dégagent chacune, lorsqu’il s’agit de les mettre au mur commence un autre travail: organiser leur association en courtes séquences de deux à cinq images. Ce qui intéresse Olivier Thieffry, ce n’est pas l’image en tant que telle, mais bien ce qu’une image peut apporter à une autre et ainsi de suite.

Lorsqu’il entame l’installation de son exposition, c’est sans idées préconçues. Les images s’imposent d’elles-mêmes et s’associent assez spontanément; l’auteur intervient afin d’induire et de renforcer le «climat» de sa proposition et de réinventer à chaque fois son monde rêvé.

Par l’accrochage proposé pour cette exposition, Olivier Thieffry nous suggère un sens de lecture horizontal et un vertical, en agençant les images sur un canevas évoquant une grille de mots croisés. À vous de choisir…

D’après un entretien Jean-Louis Godefroid / Olivier Thieffry, février 2012