NEWS


(Dernière mise à jour: 21/04/2018)

EXPOSITIONS


SECRET GARDEN/Satoru Toma à Hangar Art Center
du 19 avril au 9 mai 2018


Série - Jardin Navez 09 light
© Satoru Toma, jardin Navez 09

Satoru Toma (né à Gumma, Japon, 1976) est un artiste japonais vivant à Bruxelles. Ayant étudié la littérature à l’université de Tokyo, il décide en 1998 de partir en Europe et de commencer un travail artistique. Tel un chat, il s’est mis à errer afin de découvrir sa nouvelle ville, Bruxelles. C’est ainsi qu’a démarré son projet photographique sur les paysages et les limites du territoire de la ville. En témoigne l'exposition Bruxelles Limites chez Contretype en 2011.

Dès avril, le Petit Hangar expose une série de ses photographies explorant des espaces oubliés, notamment des potagers communautaires. Parallèlement à ce travail photographique, Satoru fait de la calligraphie, une pratique ancestrale à la croisée entre l’écriture et le dessin. Il lie celle-ci à la danse et à la performance. Dans le cadre de son exposition, il organisera un atelier de calligraphie.

hangar Art Center Gallery: 18 place du Châtelain - 1050 Brussels. https://www.hangar.art/


EYES WILD OPEN - SUR UNE PHOTOGRAPHIE QUI TREMBLE au Botanique
du 22 février au 22 avril 2018



EYES WILD OPEN from EYES WILD OPEN on Vimeo.


Eyes Wild Open met en lumière les liens de filiation entre plusieurs générations de photographes pratiquant une veine intuitive, abrupte voire transgressive de la photographie. Initiée après la seconde guerre mondiale par les pionniers que sont Robert Frank, William Klein ou encore les fondateurs de la légendaire revue japonaise Provoke, cette photographie singulière a traversé le temps et son héritage demeure tout particulièrement prégnant dans la création actuelle.

L’exposition réunit près de trente photographes internationaux : Robert Frank, Ed van der Elsken, William Klein, Daido Moriyama, Takuma Nakahira, Ishiuchi Miyako, Christer Strömholm, Anders Petersen, Dolorès Marat, Paulo Nozolino, Antoine d’Agata, Klavdij Sluban, Michael Ackerman, Jehsong Baak, JH Engström, Olivier Pin-Fat, Tiane Doan Na Champassak, Lorenzo Castore, Arja Hyytiäinen, Jacob Aue Sobol, Alisa Resnik, Gilles Roudière, Stéphane Charpentier, Gabrielle Duplantier, Yusuf Sevinçli, Sohrab Hura et Sébastien Van Malleghem.

L'exposition est accompagnée d'un livre, paru aux Editions André Frère et est réalisée avec le soutien de la Bibliothèque Nationale de France.

Commissaire de l’exposition: Marie Sordat.

Le Botanique: 236, Rue Royale 236 - 1210 Bruxelles. Site Web



ADORNMENTS/Carla van de Puttelaar à la Box Galerie
du 23 mars au 12 mai 2018


wgas_PUTT079--2
© Carla van de Puttelaar, de la série Galateas, 2016 (90x120 cm

Pour sa quatrième exposition à la galerie Box, qui correspond à la publication de sa nouvelle monographie – la plus conséquente à ce jour –, Carla van de Puttelaar reste fidèle à elle-même et à cet univers particulier sur lequel elle a bâti son œuvre depuis bientôt deux décennies.

Toujours inspirée par la peinture ancienne, elle a récemment enrichi sa palette en rendant cette fois hommage à Rembrandt, à l’invitation du musée de la Rembrandthuis à Amsterdam. Une fois encore, tout comme c’était auparavant le cas pour Vermeer, Cranach ou quelques autres, la photographe évite le piège de l’hommage direct, de la réinterprétation stérile, et propose plutôt des “à la manière de” qui ne reprennent que l’essence même des toiles de ceux auxquels elle se réfère. Nourrie des chefs-d’œuvre de ces illustres maîtres du passé et en particulier de leur usage de la lumière, elle se les approprie pour les intégrer à son propre corpus et y intégrer ses préoccupations de femme et d’artiste contemporaine. (...)

Comme elle aime à le faire depuis un certain temps déjà, Carla associe ses nus et ses portraits de jeunes femmes à d’autres portraits, de fleurs ou de mains cette fois. Mais, à bien des égards, les préoccupations et le discours restent les mêmes. Les roses et les tulipes se muent en individus tour à tour étranges et familiers, touchants de délicatesse, leur vulnérabilité renvoyant sans détour à celle des êtres de chair et de sang qui se montrent à leur côté.

Se découpant invariablement sur un fond uniformément noir, ses modèles se résument à eux-mêmes, à la fois magnifiques et fragiles, et l’on ne sait trop en fin de compte s’ils appartiennent au monde du jour ou à celui de la nuit. (...)

Alain D'Hooge


Box Galerie: 102, chaussée de Vleurgat - 1050 Bruxelles Ouvert du mercredi au samedi, de 14 à 18h. www.boxgalerie.be



CHAQUE JOUR, JE SUIS AVEC TOI/Sarah Lowie à la Centrale for Contemporary Art
du 29 mars au 27 mai 2018


CJJSAT_SLOWIE-1024x683


« L’important, c’est de voir le recul effectué. Les émotions et les sentiments changent, s’estompent, se modifient. Rien n’est constant si ce n’est le changement. Il s’agit de notre histoire. L’histoire de notre amour. C’est la suite de Sixmille… ». Sarah Lowie.

Lauréate de la Ville de Bruxelles – Prix Médiatine 2017, Sarah Lowie a suivi des études en photographie à l’ESA le Septante-Cinq à Bruxelles, complétées par une année supplémentaire en sérigraphie et gravure. Elle a exposé pour la première fois à la galerie Contretype à Bruxelles en 2016, puis aux Boutographies 2017 à Montpellier.
Sarah Lowie était invitée à Art Truc Troc, organisé par BOZAR en janvier 2018, et a réalisé un Extra-Fort à Recyclart en février 2018. Elle a reçu le Prix Médiatine 2017, Prix de la Ville de Bruxelles, lui permettant d’exposer à la CENTRALE (espace Centrale Box).

CENTRALE for contemporary art: Place Sainte-Catherine, 44 - 1000 Bruxelles. www.centrale.brussels



PINHOLE EXHIBITION au 29 Place de la Vieille Halle au Blés
Nathalie Hannecart, Olivier van Rossum, Laurie Staquet, Severine Fautrelle, Elke Van Der Kelen et Rosemary Laneau.
du 28 avril au 27 mai 2018


pinhole_exhibition


Workshop sur la Pinhole Photography donné par Rosemary Laneau, le dimanche 20 mai et le lundi 21 mai, de 13 à 17h.

Frais de participation: 10€. Inscriptions et infos: baxtongallery@gmail.com - 025132224). Organisation: Baxton Gallery.



YOUNG Forever au Centre Culturel d'Hasselt
du 10 février au 10 juin 2018


Jacqueline_Roberts
© Jacqueline Roberts

Avec la participation de: Charlotte Beaudry (B), Zaza Bertrand (B), Thomas Chable (B), Joseph Charroy (F/B), Alain Delorme (F), Isabelle Detournay (B), Youri Dirkx (B), Soraya Hocine (F), Frieke Janssens (B), Lionel Jusseret (B), Alain Laboile (F), James Mollison (Ken-GB), Antony Neuckens (B), Jacqueline Roberts (Esp-F), Olivier Smolders (B), Jody Steyls (B), Bénédicte Vanderreit (B), Annie Van Gemert (Nl), Thibaud Yevnine (F).

Commissaire de l'expo: Emmanuel d'Autreppe.

Centre Culturel d'Hasselt: Kunstlaan 5, B-3500 Hasselt. www.ccha.be



DIRK BRAECKMAN à BOZAR/Palais des Beaux-Arts
du 1er février au 29 avril 2018


Dirk Braeckman a été invité à la 57e Biennale de Venise, où il a présenté une sélection d’oeuvres monumentales dans le pavillon belge. Ses clichés en noir et blanc transmettent un sentiment de calme, et combinent intimité et distance pour créer un univers privé et isolé, dont le sens reste indéfini. Pour BOZAR, l'artiste gantois adapte son projet à l’architecture de Victor Horta. De Venise à Bruxelles, d’un bâtiment emblématique de l’entre-deux-guerres à un autre.


Dirk_Braeckman_Bozar
Image : L.V.-V.L.-(3)-2016, 2016
© Dirk Braeckman / Courtesy of Zeno X Gallery, Antwerp

Parallèlement, le M-Museum Leuven présente une exposition complémentaire sur Dirk Braeckman du 02/02 au 29/04/2018. Le point de départ de ce double projet fut l'exposition de Dirk Braeckman au Pavillon belge lors de la Biennale de Venise 2017.

Ces expositions sont complémentaires et illustrent les différents aspects de sa pratique aux facettes multiples. Au Musée M on pourra découvrir le côté expérimental de Braeckman. Dans deux salles, l’artiste vous propose de jeter un œil dans sa chambre noire et présente des œuvres de plus petit format sur papier. Sa recherche de nouveaux supports est également abordée. Dans ce cadre, il réalise une grande projection, à la mesure du musée M.

À BOZAR, Braeckman présente une vingtaine d’œuvres créées sur mesure pour l'architecture de Victor Horta. Ses impressions monumentales sont au cœur du travail, avec des nouveautés et une sélection d’images plus anciennes.



Dirk_Braeckman_YouTube
Dirk Braeckman & Eva Wittocx à la Biennale de Venise de 2017, sur You Tube

Bozar: rue Ravenstein 23 - 1000 Bruxelles. Site Web du Palais des Beaux-Arts
M Museum: Leopold Vanderkelenstraat 28 - 3000 Leuven. Site Web du M Museum



Sahar SAADOUI à la Galerie Détour, Namur
du 4 avril au 5 mai 2018


Sahar_Saadaoui_1


Habitée par cette omniprésente question du langage comme espace codifié, caché, Sahar Saâdaoui décode les sons et les formes en une multitude de calculs qui lui permettent de chiffrer ces codes que le langage recouvre.
Elle redessine un espace fait de signes, de formes composées qui se répondent comme des miroirs. Comme une ballade circulaire, une forme primitive idéale, faite d’une infinité de points qui se positionnent autour d’un centre dont ils sont équidistants.

Galerie Détour: Avenue Jean Materne 166 - 5100 Namur (Jambes). www.galeriedetour.be



MARC TRIVIER au Musée de la Photographie de Charleroi
du 9 décembre 2017 au 22 avril 2018


01
Marc Trivier, Yaak Valley, Montana 2011© Marc Trivier

Faut-il encore présenter Marc Trivier, même s’il a depuis quelques années choisi d’espacer ses expositions pour prendre avec la scène artistique une distance qu’il jugeait nécessaire?
Ses portraits d’artistes ou d’aliénés, ses puissantes photographies d’abattoirs qu’il présente ou reproduit sans hiérarchie ni section font partie aujourd’hui d’une histoire de la photographie en Belgique, rassemblés dans un ouvrage sobrement intitulé Photographies, coédité par le Centre régional de la photographie Nord Pas-de-Calais et le Musée de l’Elysée à Lausanne en 1988.

Contrairement à ce qui s’est dit, Marc Trivier n’a pourtant cessé de photographier. Cette absence, toute relative, fut le délai d’une réflexion sur l’acte de photographier et la naissance d’autres images dont le sujet pourrait être le temps, celui de la durée ou de sa fluidité atmosphérique.
Si l’apparence du paysage domine aujourd’hui l’œuvre de Marc Trivier, il n’est en rien la transcription d’un lieu ou d’une région que le photographe prétendrait illustrer : en ses vues de collines, de forêts, de frondaison où l’encolure d’un cheval se devine, constellé de lumière, c’est le temps que Marc Trivier entend éprouver et rendre visible, en des images solitaires ou couplées, planches-contacts associées horizontalement, énonçant celui de la prise de vue, la référence au cinéma s’imposant comme le souvenir de ces vieilles bobines des films que son père lui projetait.

L’exposition de Marc Trivier au Musée de la Photographie est accompagnée d’un ouvrage qui reprend des photographies plus anciennes mêlées de plus récentes, la chronologie n’ayant d’influence dans la cohérence de son propos : « l’histoire ce n’est pas le passé, c’est maintenant » écrit le photographe.

Marc Trivier est né en Belgique en 1960. Vers ses vingt ans, il commence la réalisation de nombreux portraits d’artistes parmi lesquels Francis Bacon, William S. Burroughs, Robert Frank, Samuel Beckett et Andy Warhol. En 1984, Marc Trivier reçoit le Prix national Photographie Ouverte de la Galerie du Musée de la Photographie à Charleroi et en 1988 le prestigieux Young Photographer Award de l’International Center of Photography. Le photographe ne cesse de produire mais expose peu : Palais de Tokyo (1986), Musée de l’Elysée (1988), CRP de Douchy les Mines (2002), Maison Européenne de la Photographie (2011).



Egalement au Musée de la Photographie de Charleroi:
17e Concours PRIX NATIONAL PHOTOGRAPHIE OUVERTE
du 9 décembre 2017 au 22 avril 2018


Brigitte_Grignet
Brigitte Grinet, série New-York, This is not America

Exposants: Annabel Werbrouck, Antoine Vanoverschelde, Brenda Lou Schaub, Brigitte Grignet, Céline Bataille, Christophe Collas, Frédéric Pauwels, Joëlle Bosmans, Johan Poezevara, Laurent Gélise, Paul Bulteel, Paul D´Haese, Pierre Moreau, Pierre Van Steene, Quentin Bruno, Simon Vansteenwinckel, Téo Becher, Herman Van Den Boom.

Musée de la Photographie de Charleroi: 11, avenue Paul Pastur - 6032 Charleroi (Mont-sur-Marchienne). Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Site Web



HARRY GRUYAERT - Retrospective, au FoMu d'Anvers
du 9 mars au 10 juin 2018


Gruyaert_Fomu
Brussels, Rue Royale, 1981 © Harry Gruyaert / Magnum photos

Harry Gruyaert (Anvers, °1941) est un des photographes les plus célèbres du pays. À travers cette rétrospective, le FOMU esquisse une image riche et surprenante de son œuvre. Gruyaert est un des pionniers de la photographie couleur et, depuis 1982, un membre éminent de l'agence photo renommée Magnum.

L'exposition s'articule autour de ses clichés les plus emblématiques. Chaque photo dévoile un univers propre et unique, construit avec une maîtrise de la couleur, de la lumière et de la composition. Gruyaert parcourt le monde, animé par une quête incessante de la beauté du quotidien.
La puissance narrative poétique de Gruyaert s'exprime pleinement dans trois séries. Rivages (2003) rassemble des clichés avec l'horizon et la mer au premier plan. East West (2017), publiée récemment, oppose la palette de couleurs de Moscou en 1989 à celle de Las Vegas et de Los Angeles en 1981. La conceptuelle TV Shots (1974) est considérée par Gruyaert lui-même comme son œuvre la plus journalistique et est visible au FOMU sous forme d'installation vidéo.

L'utilisation de la photographie couleur – avec son film Kodachrome de prédilection – est la marque de fabrique de Gruyaert. L'exposition au FOMU montre cependant aussi sa polyvalence et se concentre sur certains aspects relativement méconnus de sa carrière : ses débuts en noir et blanc, une campagne de mode pour Hermès, les couvertures des éditions Penguin de poche de Georges Simenon, un hommage au cinéaste Michelangelo Antonioni, des clichés de famille et différentes photos sur commande.
L'exposition Harry Gruyaert – Rétrospective dresse un tableau exhaustif d'une illustre carrière. Ce « moment poétique » sous-tend l’œuvre de Harry Gruyaert pour qui photographier permet de faire surgir les conditions d’un émerveillement.

Curateurs : Rein Deslé et Joachim Naudts



Egalement à la programmation du FOMU:



Monsanto®: A Photographic Investigation/Mathieu Asselin
du 9 mars au 10 juin 2018


Mathieu_Asselin_Fomu
Van Buren, Indiana, 2013. Courtesy of Mathieu Asselin.

La multinationale Monsanto® suscite la controverse depuis des années déjà. Aujourd'hui, la société de biotechnologie est principalement connue comme le leader du marché des semences génétiquement modifiées et pour son fameux herbicide Roundup. Mathieu Asselin (FR, °1973) enquête depuis plus de cinq ans les effets des activités de Monsanto® sur la population et le paysage.
Il photographie des décharges aux États-Unis, réalise le portrait de victimes vietnamiennes et américaines du défoliant Agent Orange et met au jour les pratiques des lobbys. À l'aide de photos, de publicités, de bulletins d'informations et de nombreuses autres sources, Asselin dresse une image nuancée et claire de l'histoire de la société, dans l'espoir de se faire une idée de ce que l'avenir nous réserve.

En 2017, l'acquisition de Monsanto® par la société chimique allemande Bayer a été annoncée. La Commission européenne n'a, à ce jour, pas encore approuvé ce rachat. Les organisations environnementales, les scientifiques et les organisations de défense des droits de l'homme mettent en garde contre les conséquences profondes de cette mégafusion sur l'agriculture dans le monde, car « qui contrôle la nourriture, contrôle le peuple » (Henry Kissinger).

La publication Monsanto®: A Photographic Investigation (Actes Sud/Kehrer Verlag) a été récompensée l'année passée par l'Aperture First PhotoBook Award et nominée pour le prestigieux Deutsche Börse Photography Prize 2018.

L'exposition est une coopération avec les Rencontres d’Arles. Curateurs: Rein Deslé et Sergio Valenzuela Escobedo.

FoMu: Waalsekaai, 47 - 2000 Antwerpen. Ouvert du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures. Site Web



NATURE, JUNGLE, PARADIS/Clarisse Hahn au CRP Nord
du 17 mars au 27 mai 2018


clarisse_hahn
Clarisse Hahn, de la série "NATÜR", 2018, production CRP/ © Clarisse Hahn.

L’exposition personnelle de Clarisse Hahn, Nature, Jungle, Paradis nous propose à travers de nouvelles productions présentées en regard de séries plus anciennes fondatrices de sa recherche et d’images vernaculaires du fonds du CRP/, une plongée dans l’œuvre plurielle et exigeante de cette artiste dont le travail se déploie entre la vidéo, le cinéma, la photographie et l’installation.

Poursuivant le projet de dresser une véritable archéologie vivante de la modernité et prolongeant une réflexion sur le langage des corps, sur ce que les gestes et postures figées dans les images disent de nos sociétés, l’artiste s’intéresse ici aux récits et mythes fondateurs de l’état de nature. De la crise des migrants aux jeunes garçons jugés, aux travailleurs des mines, en passant par les peuples exotiques ou les corps des athlètes prénazis, c’est une fresque de l’humanité à la recherche d’un paradis perdu que construit Clarisse Hahn.

La démystification proposée implique une mise à nu de ses propres projections et fantasmes qui amène à se questionner sur la nature humaine. L’artiste ouvre ainsi des brèches dans les images pour en faire ressortir la vérité du réel.

Lieu: galerie du Centre régional de la photographie Nord - Pas-de-Calais, Place des Nations - 59282 Douchy-les-Mines.
Site du CRP


RESIDENCES, ATELIERS, APPELS À PROJETS, STAGE, CONCOURS...


Aucun sujet dans cette rubrique pour l'instant.



FESTIVALS ET COLLOQUES


EXPOLAROID
Le mois de la photographie instantanées - Saint Gilles
du 19 avril au 6 mai 2018


flyer-expolaroid-2018


Dans le cadre du festival international EXPOLAROID, Paprika asbl, en collaboration avec le Service de la Culture de Saint-Gilles, lance la troisième édition de l’exposition collective de photographie instantanée: avec Adrien Basse-Cathalinat, Marie Cannella, Pauline Caplet, Collectif « Sui qui dit qui laid », Het Club Sandwich, Alice Finichiu, Ariel B. Pascuali, Mélanie Patris, Hakan Simsek, Nathalie Sosa Angulo et Joel Van Audenhaege.

Maison Pelgrims: rue de Parme, 69 - 1060 Bruxelles. Du lundi au jeudi, de 14h00 à 16h00. Samedi et dimanche, de 14h00 à 18h00. www.paprikasbl.be


DIVERS


TURNING PHOTOGRAPHY

capture_turningphotography


A l’occasion la 57ème Biennale de Venise pour laquelle Dirk Braeckman a été désigné comme représentant de la Communauté flamande dans le pavillon belge, la FWB et le Flanders Art Institute ainsi que d’autres partenaires se sont associés pour mettre en ligne un dossier spécial autour de la pratique de la photographie contemporaine présentant pas moins de 55 artistes belges du secteur.

La sélection de Dirk Braeckman pour le Pavillon belge à l’occasion de la 57e Biennale de Venise est apparue pour les initiateurs de cette opération comme l’occurrence rêvée de mettre en lumière les artistes les plus audacieux œuvrant aujourd’hui en Belgique dans le champ de la photographie. Leur positionnement privilégiant l’autoréflexion a permis d’envisager de nouvelles - et audacieuses - tentatives de redéfinir les possibles de la pratique photographique. Aussi, Turning Photography propose une sélection ordonnée de portraits d’artistes augmentée d’essais signés par des critiques faisant autorité dans le secteur: Steven Humblet, Danielle Leenaerts,
Anne-Françoise Lesuisse, Arjen Mulder et Joachim Naudts.

Parallèlement à une vaste sélection d’artistes et de photographes à la renommée plus ancienne et établie, Turning Photography met l’accent sur une génération de jeunes photographes et artistes visuels émergents. Leur travail a été sélectionné en raison de la spontanéité dénuée de déférence envers des pratiques photographiques plus conventionnelles qui en émane.

Turning Photography présente une série d’essais et d’interviews signés par des critiques renommés ainsi qu’une sélection de portraits d’artistes dont le travail a permis une exploration expérimentale et une réévaluation critique du rôle du photographe dans la perspective élargie des arts visuels contemporains et de la culture. Turning Photography invite à la découverte des facettes multiples du travail de ces artistes emblématiques de la tendance actuelle à réenvisager les possibles de la photographie.

Turning Photography est une initiative du Flanders Arts Institute en étroite collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, BOZAR – Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, FOMU - Fotomuseum et M - Museum Leuven et se veut une introduction à la photographie contemporaine belge pour les professionnels internationaux de l’art.

http://turningphotography.be



ARTIST PROJECT/Iles asbl


Initié par ILES asbl, Artist Project est une plateforme dynamique, active dans le conseil et l’accompagnement d’artistes. Son objectif : aider les artistes à valoriser leurs projets et à acquérir plus d’autonomie dans leur parcours professionnel. Pour ce faire, ses trois missions sont d’informer, former et conseiller les artistes ainsi que tous les publics intervenant dans les domaines créatifs. Equipe: Christelle Cornez (direction), Géraldine Van Houte (coordination), Alexandre Pintiaux (juriste), Anne D’hond, France Morin et Davide Lavoratornovi (Conseil, accompagnement et formation).
Artist Project récolte également un ensemble d’appels à projets, de résidences, de concours et autres initiatives en cours dans le secteur de la musique, des arts scéniques et des arts visuels. Si vous souhaitez être informé au quotidien, ces appels sont insérés au fur et à mesure sur leur site ou leur page Facebook.

logo_artist_project


BROWNIE

logo_Brownie


Depuis août 2017, BrowniE est une plateforme de valorisation de la photographie « de » et « en » Belgique, conçue et animée par Justine (journaliste) et Boris (graphiste). On y trouve des outils (agenda des expositions photo en Belgique, carnet d’adresses spécialisé), des informations (actualités, appels à projets), des présentations de livres et d’expos, des interviews d’acteurs du monde belge de la photo, et bien sûr, des photographies (portfolios, rubriques Le doigt dans l’œil et La vie domestique). L'accès à ce contenu, riche et diversifié, est gratuit.

http://browniephoto.be



LE LABEL DIGIGRAPHIE®


APP Photolab a obtenu le label "Digigraphie®". Il s’agit d’une reconnaissance internationale d’excellence en matière d’impression. Ce label permet aux artistes photographes de produire des séries limitées, numérotées, signées et estampillées de leurs œuvres originales en très haute qualité, avec une durée de vie de plusieurs générations.

La Digigraphie® est un label qui répond à des critères précis et à des usages stricts. Seuls certains imprimeurs sélectionnés avec soin, certains papiers et encres ayant subi des tests de vieillissement poussés obtiennent ce label. C’est le gage de sa valeur et la condition de son succès. Un certificat est fourni avec chaque tirage. Adoptée par les artistes, les galeries et les collectionneurs, la Digigraphie® est devenue LA référence dans l’impression numérique d’art.

La Digigraphie® offre à chaque artiste l'occasion de diffuser ou de vendre plus largement sa création en lançant une série limitée de qualité. Elle empêche tout plagiat puisque chaque œuvre est numérotée, estampillée et signée. L'artiste peut produire ses œuvres en fonction de la demande.

La Digigraphie® ouvre un nouvel horizon pour la reproduction numérique d’art. Grâce à elle, le monde de l’art exploite enfin tous les avantages des technologies numériques, tout en garantissant une qualité et une conservation exceptionnelles des œuvres produites.

Les artistes digigraphes ont désormais leur site : www.digigraphie.com
Chaque artiste peut y être inscrit en vue d’y présenter son portfolio d’œuvres certifiées « Digigraphie® ».

Le site d'APP Photolab: www.app.be