NEWS


(Dernière mise à jour: 3/11/2017)

EXPOSITIONS


Activités autour des expos d'Alexandre Christiaens, Anne-Sophie Costenoble et Stéphane Couturier
au Musée de la Photographie de Charleroi


Table Ronde - Christiaens


Depuis le 30 septembre et jusqu’au 3 décembre 2017, le Musée de la photographie à Charleroi expose les photographies d’Alexandre Christiaens (B)/«Réseau cristallin», Anne-Sophie Costenoble (B)/«L’Heure bleue» et Stéphane Couturier (F).

Activités autour de l’exposition d'Alexandre Christiaens:

- Le dimanche 5 novembre prochain se déroulera une journée «Éditions limitées» au Musée de la photographie de Charleroi. Accompagnant l’exposition «Réseau Cristallin», y sera présenté par JPB éditions un tout dernier ouvrage, ”La neige bientôt” www.baryte.be/jpb-editions

- Une Table ronde autour d’Alexandre Christiaens aura lieu le 16 novembre 2017 de 19h30 à 21 h. Inscriptions obligatoire (places limitées) à mpc.info@museephoto.be ou au 071/43 58 10.

Le livre d'Anne-Sophie Costenoble "L’heure bleue" publié chez ARP2 Publishing, co-édité avec la Maison de la Culture de Tournai, accompagne son exposition.

Plus d'infos: www.museephoto.be



AUTEURS/AMATEURS à la Box Galerie
du 17 novembre au 30 décembre 2017


Dialogue entre photographies d’auteurs et clichés d’amateurs anonymes
choisis dans la collection de Thierry Struvay


Auteurs_Amateurs

Auteurs. Amateurs. En guise de préambule, sans doute convient-il de préciser ce que recouvrent ces deux termes dans le contexte qui nous occupe. Les auteurs sont ici des hommes et des femmes qui ont choisi la photographie pour exprimer leur rapport au monde, leurs préoccupations, leurs états d’âme, et ceci quels que soient les chemins empruntés. Pour ces auteurs, dont l’écriture nous conduit sur des terrains aussi variés que le documentaire ou la poésie – sans oublier la fiction ou la mise en scène –, l’essentiel consiste à développer une signature visuelle ou, pour le dire autrement, à bâtir une œuvre. Il est question pour eux de produire des images qui leur ressemblent et qui de surcroît se ressemblent entre elles. Ces photographes savent ce qu’ils cherchent et, à force, ont appris comment l’obtenir.

Par «amateurs», il ne faut pas – surtout pas! – entendre «photographes amateurs», ces hobbyistes qui se regroupent généralement au sein d’associations (l’internationale des photo-clubs) où ils rivalisent de prouesses (?) techniques et vouent un culte à l’académisme le plus désuet. Les amateurs qui nous intéressent ici n’ont pas la moindre prétention technique ou artistique. La photographie ne constitue pour eux rien d’autre que le moyen – souvent efficace, donc satisfaisant – de garder la trace d’un moment plus ou moins heureux de leur existence. Nous avons affaire ici à la photographie domestique, familiale, amoureuse, celle de tous les jours, populaire depuis l’apparition sociologiquement et culturellement révolutionnaire du box Kodak en 1888 («You press the button, wedo the rest»).

Cela fera bientôt quarante ans qu’Alain D’Hooghe consacre le plus clair de son temps à étudier, promouvoir, défendre la photographie d’auteur. De bien des manières.
En la publiant, en enseignant son histoire, en écrivant à son propos, en l’exposant, en la collectionnant lui-même ou en cherchant à la faire entrer dans d’autres collections. Une passion jamais démentie. Il aime découvrir de nouvelles images de photographes qu’il admire pour constater avec bonheur qu’une fois encore elles s’inscrivent dans un corpus à nul autre pareil. Il aime à penser que l’œuvre d’un auteur pourrait se résumer à chacune de ses photographies.

Cela fait presque aussi longtemps que, de son côté, Thierry Struvay cherche, chine, fouine, amasse, collectionne des photographies d’amateurs anonymes. Inlassablement, d’un marché aux puces à une brocante, à Bruxelles ou à New York, il feuillette de vieux albums de famille, ouvre des boîtes en fer blanc, des cartons poussiéreux, traquant la perle dont il sera dans un premier temps le seul à percevoir l’intérêt.(...)

Thierry et Alain se connaissent depuis plus de trente ans, et la photographie est indissociable de leur amitié. Cette exposition et le livre qui l’accompagne sont nés de nombreuses conversations qui ont finalement conduit à l’envie de réunir – plus que confronter! – leurs conceptions et leurs intérêts particuliers en matière de photographie. (...)

Alain D'Hooge


Box Galerie: 102, chaussée de Vleurgat - 1050 Bruxelles Ouvert du mercredi au samedi, de 14 à 18h. www.boxgalerie.be



NEW YORK, NEW YORK/Jerry L. Thompson à la Fondation A
du 8 octobre au 17 décembre 2017


Jerry_Lee_Thompson
Bedford Ave., Williamsburg, ‘Death Adders’ tee shirt, Williamsburg, 2014
© Jerry L. Thompson, Courtesy Galerie Thomas Zander, Cologne

Le photographe américain Jerry L. Thompson (né en 1945 à Houston au Texas) a réuni en quasi cinq décennies une vaste et étrange galerie de portraits, de facture en apparence très classique. Ses images, il les décrit, davantage comme descriptives qu’interactives.
Si chaque portait est une rencontre, aussi furtive soit-elle, il s’agit avant tout d’une invitation. Les personnes approchées en chemin sont simplement conviées à prendre la pose sans aucune autre directive. Ces anonymes se montrent, se donnent à voir, à lire. Acteurs de la métropole et de la guerre des gangs, les premiers portraits, des contacts en noir et blanc, ont été réalisés sur le territoire de Coney Island au début des années 70. À l’époque, l’artiste côtoie le grand photographe américain Walker Evans dont il est devenu le principal assistant.

Ses photographies plus récentes, en couleur, ont été prises avec une caméra digitale dans un autre quartier Brooklyn, à Williamsburg. Attitude et langage du corps, fabrique identitaire, vêtements, coiffure, make-up, les corps présentés s’écrivent et se dessinent. Ils rivalisent en tatouages et piercings. Avec ces derniers clichés, Jerry L. Thompson explore avec attention la transformation paradoxale du soi peau, naviguant entre individualisation et appartenance, portrait d’une jeune génération qui se démarque, qui se cherche.


Fondation A Stichting: 354, avenue Van Volxem - 1190 Bruxelles (Forest). Ouvert, du jeudi au dimanche, de 13h à 18h. Fermé le lundi, mardi et mercredi.
Visites possibles sur rendez-vous. Site Web



MEDUSA. Un projet de Falcone & Pierre Liebaert à l'ArchirAAr Gallery
du 13 octobre au 18 novembre 2017


Invitation Medusa[3]


ArchirAAr GAllery:
White cube, rue de la tulipe, 31A-1050 Bxl
Black cube, rue de la tulipe, 35A-1050 Bxl

Ouverture: thu > Sat. 1 to 6 PM and by appointment
Tél: + 32 479 584 660



ROBERT DOISNEAU au Musée d'Ixelles
du 19 octobre 2017 au 4 février 2018


Robert_Doisneau
Robert Doisneau, La dernière valse du 14 juillet, Paris, 1949
© Robert Doisneau

Difficile à croire mais il s’agit de la première rétrospective consacrée à Robert Doisneau en Belgique ! L’œuvre du photographe français fait pourtant partie de la mémoire collective d’un public multi-générationnel. Son regard empreint d’humour et de bienveillance s’est porté sur le monde de l’enfance avec une sensibilité qui a marqué son style. Témoin du XXe siècle, du Paris des années 30, de la Libération, il a été également un admirateur des grandes figures de son époque comme Picasso.

Les commissaires de cette expo ne sont autres que ses deux filles, à la tête de l’Atelier Robert Doisneau, assurant la conservation et la représentation de l’œuvre de leur père. Outre ses clichés les plus illustres, tel le fameux Baiser de l’Hôtel de Ville, les visiteurs pourront découvrir des tirages moins connus, des objets personnels comme son mythique Rolleiflex, des planches originales. 150 clichés vintages vous invitent à renouer avec la candeur, la malice et la beauté du quotidien de l’après-guerre.

L'exposition s’articule autour de trois axes. Le Merveilleux quotidien des années 1930 à 1970 vous offre une traversée dans l’œuvre d’un photographe qui se voulait faux témoin : il ne décrit pas le réel mais en propose plutôt une lecture poétique. Palm Springs 1960 : 30 clichés en couleurs réalisés pour le magazine américain Fortune traduisant le regard amusé d’un ethnologue improvisé sur une population de retraités bienheureux à l’opulence joyeuse. Ateliers d’artistes : 55 prises de vue réalisées entre 1945 et 1971 dans les ateliers de Picasso, Braque, Utrillo, Giacometti, Brancusi ou César…

Musée d'Ixelles: Rue Jean Van Volsem 71- 1050 Bruxelles. www.museedixelles.irisnet.be



L'IRAN AUJOURD'HUI/René Thirion
HOME/Salvatore Morreale à la Galerie Verhaeren
du 4 octobre au 5 novembre 2017


Thirion


L’asbl Croiseregard ouvre sa 25ème saison d’expositions. Deux photographes de l’humain et du quotidien, aux styles bien différents, même si tous deux abordent le réel en le métamorphosant par le noir et blanc.

Galerie Verhaeren: rue Gratès, 7 (place Keym) - 1170 Bruxelles. http://galerieverhaeren.be



SHOOT/Michel Clair chez Home Frit' Home, Bruxelles
du 29/09/2017 au 06/01/2018


Shoot


Avec «SHOOT», du sud de la Belgique à la côte, en passant par Bruxelles, le photographe Michel Clair vous envoie dans le décor. "SHOOT", c'est également un livre.

Home Frit' Home (Musée de la Frite, Galerie d'art Belgo-belge, Gîte urbain décalé): rue des Alliés 242 - 1190 Bruxelles. Ouvert chaque 1er week-end du mois: le samedi, de 13h30 à 18h30 et le dimanche, de 13h30 à 18h00. Ou sur rendez-vous. www.homefrithome.com



JE SUIS UN HANDICAPÉ NORMAL/Laeticia Bica au Parc de la Boverie, à Liège du 11 septembre au 15 octobre 2017


laeticia_bica


Laetitia Bica envisage la photographie tel un dialogue ; son travail se distingue par la place active laissée au modèle. En photographiant les artistes du Créahm (www.creahm.be) et en les intégrant à ses compositions si singulières, l’artiste nous confronte à l’acceptation de soi et de l’altérité. Le workshop mené cette année préfigure un travail permanent de l’atelier plastique du Créahm autour de la photographie et du numérique qui répond aux objectifs de l’association : susciter, favoriser et diffuser l’art produit par les personnes handicapées mentales. Autoriser le droit citoyen à chacun. Sensibiliser la société à la différence en croisant les publics. Un projet réalisé grâce au Prix Ardent.

Au Parc de la Boverie (Esplanade en face de l’entrée du musée) et dans la ville (du 25 septembre au 15 octobre 2017).



STÉPHANE COUTURIER au Musée de la Photographie de Charleroi
du 30 septembre au 3 décembre 2017


Alger-Climat-F-01
Stéphane Couturier, Alger - Cité « Climat de France » - Façade #1 - 2011-2013

C’est en 2011 que Stéphane Couturier entreprend un travail composé de séries photographiques et de vidéos sur la cité « Climat de France » à Alger. Entre réalité ou fiction, une fois encore, le photographe s’amuse avec les images, les codes, la notion de temps et d’espace. Dérogeant aux normes, le linge, les antennes paraboliques, les câbles, les enseignes et les plantes sont autant de débordements de vie que les façades ne parviennent qu’imparfaitement à contenir si ce n’est oblitérer.
De l’argentique au numérique, ses images composées, superbement orchestrées, apparaissent comme des jeux de lignes, de formes et de couleurs qui sèment le trouble et questionnent. Le photographe qui, dès ses débuts, a fait le choix de la frontalité de la prise de vue, joue avec la confusion qui s’opère entre les différents plans, l’avant et l’arrière se confondant. Un modus operandi que l’on retrouve dans l’ensemble de ses photographies qu’elles soient celles des grands ensembles architecturaux ou des vues d’entreprises, qu’elles soient prises chez Alstom ou Toyota, à Brasilia, Marseille, La Havane, ou Alger.

Stéphane Couturier est né en 1957 à Neuilly-sur-Seine. Il vit et travaille à Paris.



Egalement au Musée de la Photographie de Charleroi:

RÉSEAU CRISTALLIN/Alexandre Christiaens
du 30 septembre au 3 décembre 2017


alexandre_christiaens
Alexandre Christiaens, Inde, Bhavnagar, 2008

Ce ne sont pas des photographies de voyages qu’Alexandre Christiaens livre mais les photographies d’un voyageur. Habité de l’ailleurs, de la vague et des océans qu’il photographie depuis le bateau, mais aussi des éléments, filets et roches auxquels répondent l’échine d’un chien, la tension d’un dos, l’épaule d’une femme. Chantiers marins, grottes, temples et fronts de mer composent ce voyage photographique, ce Réseau cristallin où se mêlent l’histoire et la réalité comme des légendes à chaque fois racontées.

Alexandre Christiaens est né à Bruxelles en 1962. Il vit et travaille à Dave, près de Namur, Belgique. Il a à son actif de nombreux voyages photographiques (Grèce, Inde, Brésil, Chine…) et résidences. Il a dirigé de multiples ateliers photographiques en noir et blanc et participé à des expositions individuelles et collectives en Belgique et à l’étranger. Il a déjà exposé chez Contretype à deux reprises (2011 et 2016).



L'HEURE BLEUE/Anne-Sophie Costenoble
du 30 septembre au 3 décembre 2017

accueil 001

Anne-Sophie Costenoble, de la série Un soleil voilé

Avec l’heure bleue, Anne-Sophie Costenoble nous emmène dans un monde d’apparence onirique qu’elle fixe et donne à voir, à contempler, un monde de silence propice à l’introspection.
Ses photographies contemplatives, comme en suspens, mêlent et font s’entremêler des instants ordinaires, fragiles, de l’ordre du merveilleux et du poétique.
Cette trentaine de photographies composant l’exposition l’heure bleue, nous touchent par leur sensualité, leur douceur autant que par leur pudeur et leur concision.
C’est le temps de l’heure bleue, cette heure où tous songes renvoient à notre intimité, entre chien et loup, à la tombée du jour.

Anne-Sophie Costenoble est née en 1967 à Courtrai. Elle vit à la Bouverie, près de Mons. Après des études de kinésithérapie et d’histoire de l’art, Anne-Sophie Costenoble découvre sur le tard la pratique photographique. Depuis lors, elle explore l’écriture photographique au travers de fictions intimes et de projets collaboratifs. Elle a exposé chez Contretype en 2015.

Son 2ème livre l’heure bleue publié à ARP2 Publishing, co-édité avec la Maison de la Culture de Tournai, accompagne l’exposition.

Elle est représentée par la 44 Gallery

Galerie du Soir: Joséphine Desmenez
Boîte noire: Laurence Bonvin/Avant l'envoi


Musée de la Photographie de Charleroi: 11, avenue Paul Pastur - 6032 Charleroi (Mont-sur-Marchienne). Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Site Web



MIRROR/Ai Weiwei, au FoMu d'Anvers
du 27 octobre 2017 au 18 février 2018


Avec sa critique radicale des violations des droits de l'homme, de l'abus de pouvoir et de la surveillance implacable des autorités chinoises, Ai Weiwei est devenu un des artistes contemporains les plus importants au monde. Bien qu'il soit souvent qualifié de «dissident» chinois, il voit surtout son activisme et sa critique des autorités chinoises comme une défense des droits universels de liberté d'opinion et de liberté d'expression.

Son œuvre accorde un rôle important à la photographie. De ses premières prises de position politiques (Study of Perspective, 1995-2011) à son flux quotidien de selfies et d'instantanés sur les réseaux sociaux. Sur Twitter et Instagram, il immortalise sa vie sous la surveillance constante des autorités et documente son métier d'artiste, ainsi que les gens qu'il rencontre, mais il affiche également son engagement sur les questions sociales actuelles comme la crise des réfugiés. En tant qu'individu, Ai Weiwei n'a pas peur de s'attaquer à l'autorité, de dénoncer des abus et de mettre à nu des rapports de force déséquilibrés – toujours avec un grand sens de l'ironie et du geste poétique.
À l'aide d'œuvres de périodes différentes, l'exposition au FOMU donne un remarquable aperçu de la critique visuelle actuelle d'Ai Weiwei.

Curateur: Ai Weiwei


Egalement à la programmation du FOMU:



EBIFANANYI. Andrea Stultiens
du 27 octobre 2017 au 18 février 2018


Le substantif Ebifananyi est dérivé du verbe Kufanana qui signifie ressembler à. Ebifananyi est le mot luganda qui peut à la fois renvoyer à des dessins, des peintures et des photos.

En 2011, Andrea Stultiens (NL) et l'artiste R. Canon Griffin (UG) ont fondé la plateforme History in Progress Uganda. Sous ce nom, ils documentent depuis lors des collections historiques de photographies ougandaises dans leur état actuel.
Le rôle de Stultiens est passé de celui de documentaliste à celui d’artiste et de curatrice. Elle privilégie une approche polyphonique et demande à des artistes contemporains d'activer le matériel visuel. Convergent ainsi de la documentation personnelle, le travail de photographes ougandais, mais aussi des clichés historiques de colons et missionnaires occidentaux. Elle rassemble les résultats dans huit publications intimes sous le titre d'Ebifananyi et les exhibe dans de nombreuses petites expositions en Ouganda et en Europe du Nord.

La présentation du FOMU regroupe pour la première fois toutes les collections photographiques sur lesquelles se fondent les publications, avec une contribution importante d'artiste ougandais R. Canon Griffin. Elle montre la diversité de possibilités narratives du matériel visuel historique. L'exposition donne en outre une idée des réactions aux collections en Ouganda. Stultiens met ainsi en lumière l'utilisation de l'image photographique dans ce pays d'Afrique orientale et remet en question l'image stéréotypée de l'Afrique.

Cette exposition a été réalisée en collaboration avec Paradox. Curateurs: Andrea Stultiens, Joachim Naudts (FOMU, BE) et Bas Vroege (Paradox, NL)
FoMu: Waalsekaai, 47 - 2000 Antwerpen. Ouvert du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures. Site Web


RESIDENCES, ATELIERS, APPELS À PROJETS, STAGE, CONCOURS...


Rotondes: LEAP - appel à candidature

rotondes


Les Rotondes lancent, avec le soutien d’Allen & Overy, la deuxième édition de LEAP - Luxembourg Encouragement for Artists Prize, prix biennal qui récompense un artiste ou groupe d’artistes en lien avec le milieu de l’art contemporain luxembourgeois. L'appel s'adresse à tout artiste s'étant distingué au cours des trois dernières années sur le plan national ou international, toutes disciplines confondues. L'appel à candidature est ouvert jusqu’au vendredi 10 novembre 2017.

Site exceptionnel constitué de deux anciennes remises de locomotives à la gare de Luxembourg, les Rotondes sont un lieu unique. Le nouveau centre culturel propose des manifestations dans les domaines des arts de la scène, des musiques actuelles et des arts visuels, ainsi qu’une offre importante de conférences, de projets participatifs et d’ateliers pour tous les âges.
Défricheuses de nouveaux talents dans les domaines précités, les Rotondes accordent une place importante aux jeunes, autant comme participants que comme public, et font figure de centre d’expertise et d’incubateur d’initiatives nouvelles dans l’interface entre la culture et l’éducation.
A côté de la vocation artistique, les Rotondes sont une plateforme pour des conférences et des grands débats de société, initiés notamment par les nouveaux secteurs économiques et sociaux.

Infos et inscriptions



BOURSE DES AMIS DU MUSÉE ALBERT-KAHN


L’association des Amis du Musée Albert-Khan a pour mission de contribuer au rayonnement de la pensée et de l’œuvre d’Albert Kahn.

La mission de cette bourse est de soutenir financièrement, d’honorer, d’encourager et de promouvoir les auteurs photographes qui mettent leur talent au service de la connaissance du monde et de la découverte des territoires et des populations.

Les 10, 11 et 12 novembre prochains auront lieu les rencontres photographiques Albert-Kahn à Boulogne Billancourt, ouvertes à tous les photographes qui souhaitent se porter candidats pour recevoir la Bourse des Amis du musée Albert-Kahn – Réception des candidatures jusqu’au 20 octobre 2017.

Directeurs de festivals, rédacteurs photos, iconographes fondations, journalistes, galerie, critiques d’art, collectionneurs, curateurs, centres d’art,…recevront les photographes candidats pendant un week-end à l’occasion de journées de lectures de portfolios.
Parmi eux: Christian CAUJOLLE (Directeur Artistique de l’agence Vu), Françoise DENOYELLE (experte et commissaire d’exposition), Nicolas JIMENEZ (Directeur de la Photographie du journal Le Monde), Thierry GRILLET (Diffusion Culturelle de La Bibliothèque Nationale de France), Agnès GOUVION SAINT CYR (Commissaire d’expositions et critique d’art indépendant), Agnès GRÉGOIRE (Directrice de la rédaction du Magazine Photo),Cyril DROUHET (Rédacteur en chef photo Figaro Magazine), Commissaire des expositions du Festival Photo de La Gacilly, Caroline CLOUGH (Fondation BLEUSTEIN BLANCHET POUR LA VOCATION), Didier de FAŸS (Directeur de Photographie.com, La Bourse du Talent et Manuel Rivera Orthiz Foundation for International Photography…

À l’issue des lectures, le jury composé d’experts du monde de la photographie et de l’équipe du Musée Départemental Albert-Kahn, élira le lauréat qui se verra récompensé par une dotation de 6000 euros. Les modalités d'inscription.

Le lauréat aura ainsi l’opportunité de financer un nouveau projet, et de se faire connaître et reconnaître auprès d’un public, d’acteurs du marché de la photographie, de collectionneurs, de commanditaires et de chercheurs du monde de la photographie.



EMERGING TALENT AWARDS 2017

Emerging_talent_awards_2017


Cette année encore, s'ouvrent les Emerging Talent Awards, recherche des meilleurs photographes émergents du monde. Sont recherchés les projets de membres de la communauté photographique mondiale qui n'ont pas encore obtenu une visibilité au niveau international. Le but est de découvrir les points de vue nouveaux et enthousiasmants des prochains grands faiseurs d'images. Un jury international sélectionnera et présentera les travaux de 50 talents exceptionnels de toutes les cultures, tous les points de vue, et sans limite d'âge.

Chacun des 8 jurés sélectionnera personnellement un photographe qui recevra une bourse de $2,500. Les 50 gagnants participeront à une exposition dans une galerie de New York, à des projections dans des festivals photo internationaux, et figureront dans le deuxième ouvrage de référence, The Best of LensCulture, Volume 2. Chaque participant a également le droit à une évaluation écrite et gratuite de sa soumission et bénéficiera d'une visibilité constante auprès de d'un public de 2,5 millions de personnes. Deadline : le mardi 17 octobre 2017

Règlement et inscriptions




CONCOURS PHOTO – PHOTOGRAPHIEZ VOTRE PATRIMOINE


Patrimoine


En perspective de «2018, année européenne du patrimoine», la Direction des Monuments et Sites de la Région de Bruxelles-Capitale lance, dès ce mois de mars 2017, le concours « Photographiez VOTRE patrimoine ! ».
Vous avez un regard original sur le patrimoine bruxellois ? Vous aimez la photographie ? Vous avez envie de partager votre amour de Bruxelles ? Montrez-nous votre vision de la Région et de son patrimoine : monuments, parcs, places, rues, endroits bien connus ou coins cachés, avec ou sans personnages, de jour ou de nuit…
N’hésitez pas à envoyer les plus belles photos de vos lieux préférés. Les meilleurs clichés seront exposés dans le courant de l’année 2018.
Ce concours est ouvert à tous ! Date limite d’inscription: 15/12/2017.
S’inscrire en ligne. Pour plus d’informations, visitez le site patrimoine.brussels.


FESTIVALS ET COLLOQUES


MOMENTA/Biennale de l'image, Québec
De quoi l'image est-elle le nom ? | What Does the Image Stand For?
du 7/09 au 15/10/2017


momenta_fosso.170357
Samuel Fosso, Autoportrait (Angela Davis), de la série African Spirits, 2008

Aujourd’hui, les images captent le monde à tous moments. Mais que disent-elles désormais ? Sont-elles la capture objective du monde à un instant T ? Que sont devenus ces marqueurs de réalité ?

MOMENTA 2017 examine la notion de pièce à conviction de l’image fixe et en mouvement sous ses aspects les plus variés, mettant en doute son statut comme témoin du réel et s’intéressant aux caractères fantasmé et sublimé de celui-ci. Les 38 artistes réunis dans la biennale nous invitent à ne pas accepter sans critique le témoignage de l’image.
Leur art n’a pas pour projet esthétique de représenter le monde, mais plutôt d’intercéder entre l’état des choses et leurs interprétations possibles. Ces artistes sont davantage des « lanceurs d’alerte » et ils préfèrent la transfiguration à la réplication. Ils sont attachés à produire de la différenciation par le truchement d’allégories. Leurs images parlent du monde de diverses manières, mais elles s’échappent systématiquement du réel.

Les 23 artistes présentés à VOX, centre de l’image contemporaine et à la Galerie de l’UQAM – qui forment le quartier général de l’événement – explorent et interrogent la frontière poreuse entre réalité et imaginaire à travers des enjeux complexes tels que l’identité, le territoire, l’histoire et le temps.

Exposition centrale: Adel Abdessemed, Luis Arturo Aguirre, Seung Woo Back, Yto Barrada, Dora Budor, Mircea Cantor, Sara Cwynar, Samuel Fosso, LaToya Ruby Frazier, Pascal Grandmaison, Nelson Henricks, Camille Henrot, Risa Horowitz, Terrance Houle, Frédéric Lavoie, Hanna Liden, Boris Mitić, Nadia Myre, Moshe Ninio, J.D. 'Okhai Ojeikere, Joshua Petherick, Kim Waldron, Liu Yue.

Plus d'infos sur Momenta 2017

DIVERS


TURNING PHOTOGRAPHY

capture_turningphotography


A l’occasion la 57ème Biennale de Venise pour laquelle Dirk Braeckman a été désigné comme représentant de la Communauté flamande dans le pavillon belge, la FWB et le Flanders Art Institute ainsi que d’autres partenaires se sont associés pour mettre en ligne un dossier spécial autour de la pratique de la photographie contemporaine présentant pas moins de 55 artistes belges du secteur.

La sélection de Dirk Braeckman pour le Pavillon belge à l’occasion de la 57e Biennale de Venise est apparue pour les initiateurs de cette opération comme l’occurrence rêvée de mettre en lumière les artistes les plus audacieux œuvrant aujourd’hui en Belgique dans le champ de la photographie. Leur positionnement privilégiant l’autoréflexion a permis d’envisager de nouvelles - et audacieuses - tentatives de redéfinir les possibles de la pratique photographique. Aussi, Turning Photography propose une sélection ordonnée de portraits d’artistes augmentée d’essais signés par des critiques faisant autorité dans le secteur: Steven Humblet, Danielle Leenaerts,
Anne-Françoise Lesuisse, Arjen Mulder et Joachim Naudts.

Parallèlement à une vaste sélection d’artistes et de photographes à la renommée plus ancienne et établie, Turning Photography met l’accent sur une génération de jeunes photographes et artistes visuels émergents. Leur travail a été sélectionné en raison de la spontanéité dénuée de déférence envers des pratiques photographiques plus conventionnelles qui en émane.

Turning Photography présente une série d’essais et d’interviews signés par des critiques renommés ainsi qu’une sélection de portraits d’artistes dont le travail a permis une exploration expérimentale et une réévaluation critique du rôle du photographe dans la perspective élargie des arts visuels contemporains et de la culture. Turning Photography invite à la découverte des facettes multiples du travail de ces artistes emblématiques de la tendance actuelle à réenvisager les possibles de la photographie.

Turning Photography est une initiative du Flanders Arts Institute en étroite collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, BOZAR – Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, FOMU - Fotomuseum et M - Museum Leuven et se veut une introduction à la photographie contemporaine belge pour les professionnels internationaux de l’art.

http://turningphotography.be



ARTIST PROJECT/Iles asbl


Initié par ILES asbl, Artist Project est une plateforme dynamique, active dans le conseil et l’accompagnement d’artistes. Son objectif : aider les artistes à valoriser leurs projets et à acquérir plus d’autonomie dans leur parcours professionnel. Pour ce faire, ses trois missions sont d’informer, former et conseiller les artistes ainsi que tous les publics intervenant dans les domaines créatifs. Equipe: Christelle Cornez (direction), Géraldine Van Houte (coordination), Alexandre Pintiaux (juriste), Anne D’hond, France Morin et Davide Lavoratornovi (Conseil, accompagnement et formation).
Artist Project récolte également un ensemble d’appels à projets, de résidences, de concours et autres initiatives en cours dans le secteur de la musique, des arts scéniques et des arts visuels. Si vous souhaitez être informé au quotidien, ces appels sont insérés au fur et à mesure sur leur site ou leur page Facebook.

logo_artist_project


BROWNIE

logo_Brownie


Depuis août 2017, BrowniE est une plateforme de valorisation de la photographie « de » et « en » Belgique, conçue et animée par Justine (journaliste) et Boris (graphiste). On y trouve des outils (agenda des expositions photo en Belgique, carnet d’adresses spécialisé), des informations (actualités, appels à projets), des présentations de livres et d’expos, des interviews d’acteurs du monde belge de la photo, et bien sûr, des photographies (portfolios, rubriques Le doigt dans l’œil et La vie domestique). L'accès à ce contenu, riche et diversifié, est gratuit.

http://browniephoto.be



LE LABEL DIGIGRAPHIE®


APP Photolab a obtenu le label "Digigraphie®". Il s’agit d’une reconnaissance internationale d’excellence en matière d’impression. Ce label permet aux artistes photographes de produire des séries limitées, numérotées, signées et estampillées de leurs œuvres originales en très haute qualité, avec une durée de vie de plusieurs générations.

La Digigraphie® est un label qui répond à des critères précis et à des usages stricts. Seuls certains imprimeurs sélectionnés avec soin, certains papiers et encres ayant subi des tests de vieillissement poussés obtiennent ce label. C’est le gage de sa valeur et la condition de son succès. Un certificat est fourni avec chaque tirage. Adoptée par les artistes, les galeries et les collectionneurs, la Digigraphie® est devenue LA référence dans l’impression numérique d’art.

La Digigraphie® offre à chaque artiste l'occasion de diffuser ou de vendre plus largement sa création en lançant une série limitée de qualité. Elle empêche tout plagiat puisque chaque œuvre est numérotée, estampillée et signée. L'artiste peut produire ses œuvres en fonction de la demande.

La Digigraphie® ouvre un nouvel horizon pour la reproduction numérique d’art. Grâce à elle, le monde de l’art exploite enfin tous les avantages des technologies numériques, tout en garantissant une qualité et une conservation exceptionnelles des œuvres produites.

Les artistes digigraphes ont désormais leur site : www.digigraphie.com
Chaque artiste peut y être inscrit en vue d’y présenter son portfolio d’œuvres certifiées « Digigraphie® ».

Le site d'APP Photolab: www.app.be




L'APPLICATION ARTWIGO


Le 7 décembre 2012, Contretype accueillait le lancement officiel d'Artwigo. Mais qu'est-ce qu'Artwigo?

L’application Artwigo est destinée aux amateurs et passionnés d’art. Artwigo est la première application interactive de ce genre, gratuite et disponible sur l’Apple store, dans les versions iPad et iPhone.

Pour les amateurs d’art, Artwigo permet de découvrir des artistes dans le domaine des arts plastiques, des arts de l’Image, des arts tridimensionnels. Grâce à cette application, il est possible de bénéficier d’une vue globale sur des artistes contemporains, de visualiser une sélection de leurs œuvres, d'accéder à leur biographie, de découvrir leurs démarches et de les suivre à travers leurs agendas.

Ces artistes sont sélectionnés par un comité de professionnels reconnus qui proposent une sélection renouvelée chaque bimestre des œuvres les plus marquantes. Les artistes reconnus, mais aussi de jeunes artistes émergents sont concernés. Il vous sera aussi possible de contacter directement les artistes, pour visiter leur atelier ou acheter une œuvre sélectionnée dans "l’espace store".

Pour les artistes, Artwigo offre une visibilité unique et directe auprès des amateurs et collectionneurs d’art. L’application permet de présenter leur travail dans un espace dédié, mobile, interactif et dont la promotion est assurée par une présence continue dans les principaux médias consacrés aux arts, et par de nombreuses participations à des manifestations artistiques.
Artwigo permet de communiquer sur les événements, les expositions à venir de l'artiste, grâce à un agenda ouvert à tous.

Artwigo permet aux artistes d’être en contact direct avec un collectionneur, voire de lui suggérer la visite de leur atelier, et offre la possibilité de proposer à la vente des œuvres dans son «espace store».

Artwigo ne remplace pas une galerie, mais en est un complément. Pour les artistes n’ayant pas de contrat avec une galerie, Artwigo se propose comme «alternative».

Infos: www.artwigo.com