NEWS


(Dernière mise à jour: 13/02/2018)

EXPOSITIONS


BIP 2018 - BIENNALE DE L'IMAGE POSSIBLE
du 17 février au 1er avril 2018


Smith_Saturnium
Saturnium © SMITH

La 11e édition de BIP/Biennale de l'Image Possible, c’est plus de 50 artistes proposés dans 8 expositions dont la principale, FLUO NOIR, se tiendra à La Boverie.

Dans l'Image Possible, il y a une ouverture sur l'avenir, même si en ce début de XXIe siècle, les espoirs et les utopies que l’on s’autorise ont radicalement changé.

Devant le constat du ratage phénoménal qui nous met sur le seuil de notre propre survie en tant qu’espèce, nous avons le choix du cynisme, du désespoir ou de l’invention de récits inédits et d’images différentes qui renouvellent, dans leurs thèmes et leurs formes, les fictions qui nous mèneront ailleurs, sans savoir où cet ailleurs se trouve…

Certains artistes d’aujourd’hui revendiquent la catastrophe comme un terreau euphorique et débordant. Ils détruisent et construisent dans le même mouvement. Sans naïveté mais ancrés dans le présent, ils échafaudent des images qui parlent de demain, qui s’y jettent à corps perdu sans savoir de quoi ce demain sera fait. Dans la profusion souvent, animées d’un esprit d’expérimentation ludique et généreuse, nouées à la mélancolie contemporaine sans en être victimes, ces images ne dénoncent plus, ne résistent plus, ne font plus de procès. Elles témoignent plutôt d’un instant vivant, d’un état de vibration, d’un présent intense qui ouvre tant sur le doute que sur le potentiel de l’avenir.

Dans cette liberté, dans ces apocalypses joyeuses, il y a l’écho de l’amor fati du philosophe allemand Friedrich Nietzsche, ce cri «à aimer ce qui arrive, à accepter sa destinée», dans la douleur et la félicité. Il y aussi une invitation franche à partager cette chaleur circulante que l’on appelle sympathie: l’attirance pour ce qu’on ne connaît pas encore, l’effet mystérieux d’un corps sur un autre.

BIP2018 aimerait transmettre une énergie; partager une vitalité irradiante, mutante, intense; un mouvement exubérant, lucide, décomplexé ; une présence et un présent.

Rendez-vous dès le 17/02 à La Boverie et dans 7 autres lieux d'exposition à travers la ville de Liège (le Centre culturel de Liège "Les Chiroux", Les Brasseurs, la Galerie Satellite, la SPACE, la Galerie Les Drapiers, La Châtaigneraie et le Cercle des Beaux-Arts).

Programme et infos: www.bip-liege.org



DIRK BRAECKMAN à BOZAR/Palais des Beaux-Arts
du 1er février au 29 avril 2018


Dirk Braeckman a été invité à la 57e Biennale de Venise, où il a présenté une sélection d’oeuvres monumentales dans le pavillon belge. Ses clichés en noir et blanc transmettent un sentiment de calme, et combinent intimité et distance pour créer un univers privé et isolé, dont le sens reste indéfini. Pour BOZAR, l'artiste gantois adapte son projet à l’architecture de Victor Horta. De Venise à Bruxelles, d’un bâtiment emblématique de l’entre-deux-guerres à un autre.


Dirk_Braeckman_Bozar
Image : L.V.-V.L.-(3)-2016, 2016
© Dirk Braeckman / Courtesy of Zeno X Gallery, Antwerp

Parallèlement, le M-Museum Leuven présente une exposition complémentaire sur Dirk Braeckman du 02/02 au 29/04/2018. Le point de départ de ce double projet fut l'exposition de Dirk Braeckman au Pavillon belge lors de la Biennale de Venise 2017.

Ces expositions sont complémentaires et illustrent les différents aspects de sa pratique aux facettes multiples. Au Musée M on pourra découvrir le côté expérimental de Braeckman. Dans deux salles, l’artiste vous propose de jeter un œil dans sa chambre noire et présente des œuvres de plus petit format sur papier. Sa recherche de nouveaux supports est également abordée. Dans ce cadre, il réalise une grande projection, à la mesure du musée M.

À BOZAR, Braeckman présente une vingtaine d’œuvres créées sur mesure pour l'architecture de Victor Horta. Ses impressions monumentales sont au cœur du travail, avec des nouveautés et une sélection d’images plus anciennes.



Dirk_Braeckman_YouTube
Dirk Braeckman & Eva Wittocx à la Biennale de Venise de 2017, sur You Tube

Bozar: rue Ravenstein 23 - 1000 Bruxelles. Site Web du Palais des Beaux-Arts
M Museum: Leopold Vanderkelenstraat 28 - 3000 Leuven. Site Web du M Museum



NEW YORK New York à la Box Galerie
du 26 janvier au 10 mars 2018


Marilyn Bridges, Langdon Clay, Larry Fink, Seymour Jacobs, Clemens Kalischer, Michael Kenna, Edward Steichen,
Alfred Stieglitz et Michel Vanden Eeckhoudt.


wgas_CLAY004--1
Langdon Clay, White Tower car, Buick LeSabre, Meatpacking District, NYC, 1976

New York. Personne ne pourra lui contester le titre de Ville La Plus Photogénique Du Monde. Les statistiques confirment par ailleurs qu’elle figure en tête des villes les plus photographiées du monde (devant Rome, Barcelone et Paris qui, de manière un peu surprenante, n’arrive que quatrième à ce classement).
Exubérante, irréelle, excessive, trépidante, parfois impitoyable, New York semble néanmoins familière même à ceux qui n’ont jamais foulé son bitume. Ce paradoxe est le fait du cinéma, de la littérature, de la musique populaire. Et de la photographie. Quelles que soient nos origines, notre âge, nos goûts, notre parcours, nous «connaissons» New York. (...)

Alain D'Hooge


Box Galerie: 102, chaussée de Vleurgat - 1050 Bruxelles Ouvert du mercredi au samedi, de 14 à 18h. www.boxgalerie.be



ABORDAGES/Olivier Cornil et François Goffin à la galerie Quai 4 à Liège
du 9 février au 10 mars 2018


quai_4


Être, de biais. Vouloir dépasser ce qui est. Ce qui s'observe, ce qui surgit, ce que nous ne choisissons pas vraiment. Avoir dans la mire d'invisibles possibles. L'échappée belle faite d'incertitudes et d'heureux rendez-vous.
Abordages d'un univers à un autre. Douce collusion pour riche confusion. Ce qu'un arbre ou l'éclatement d'une vague nous apprend sur l'anarchie heureuse. Ce qu'un regard d'enfant ou l'image d'un paysage nous dit du temps.
Un élan vers l'urgence de regarder. Pour se rassurer, pour s'émouvoir, pour continuer.

Curateur: Jacky Lecouturier. Dans le cadre de la Biennale de l'Image Possible 2018 (BIP 2018)

Quai 4: Quai Churchill 4 - 4020 Boverie - Liège. La galerie est ouverte du jeudi au samedi de 14h à 18h30 ou sur rendez-vous. Le dimanche 4 mars de 11h à 17h. www.quai4.be



WITH LOVE, FROM ME TO YOU
Armyde Peignier et Dominique Demaseure à la Louise DS Galerie
du 19 janvier au 11 février 2018


Voici deux photographes qui arpentent avec entêtement des zones du réel bien connues: sentiers forestiers, halls de gare, lisières, couloirs, chemins …
Plongeant dans une réalité banale de la cité, encadrant les signes, frôlant les limites, Dominique Demaseure saisit les croisements de lumière et formes familières pour créer une atmosphère équivoque, impalpable.

Demaseure3552

© Dominique Demaseure

Depuis trente ans, Armyde Peignier se perd dans les bois…
Hors du temps, loin du monde, elle n’a de cesse de capter, en nuances et subtilités, les secrets de la forêt…

Deux univers singuliers, sensibles, parallèles se jouxtent, se frôlent …Se rencontrent !


Armyde03
© Armyde Peignier

Ces deux professeurs de photographie se distinguent par un beau parcours artistique: Armyde Peignier a commencé son projet « d’école buissonnière" dès 1998 et grâce au Salon d’Art, à Contretype, au Musée d’Ixelles notamment, une série d’expositions de ce travail ont pu être appréciées.

Dominique Demaseure
, a davantage exposé du côté de Charleroi au Musée de la photographie ou au Palais des Beaux Arts, passant lui aussi par Contretype. Alors que New York et l’Italie qui lui ont fait la part belle

Louise DS Galerie: rue de l'hospice communal, 67 - 1170 Bruxelles. www.louisedsgalerie.com



D.P.R.KOREA Grand Tour/Carl De Keyzer
du 9 décembre 2017 au 2 avril 2018 au hall des Floralies (Citadelpark, derrière le SMAK)
Fermé entre le 21 et le 28 février 2018.


DPR_Korea


Ouvert tous les jours entre 11 et 19h (fermé le lundi).



A RIGHT TO STAND/Robert Adams à la Fondation A
du 28 janvier au 18 mars 2018


Robert_Adams
Commerce City, Colorado, 1981 © Robert Adams
Courtesy Fraenkel Gallery, San Francisco and Matthew Marks Gallery, New York

L’exposition A Right to Stand débute avec un ensemble de photographies prises au Colorado et publié en 1994 sous le titre, Cottonwoods. Essence vénérée par certaines tribus d’Indiens d’Amérique qui y voient l’origine des étoiles, dépréciée par l’agro-industrie pour sa faible valeur commerciale et pour sa soif insatiable, le Cottonwood est cependant pour Robert Adams si proche de nous.

Né en 1937 à Orange dans le New Jersey, Robert Adams a longtemps vécu au Colorado avant de s’installer, toujours plus à l’ouest, en Oregon. Son intérêt pour la littérature et les vastes étendues sauvages le pousse à adopter définitivement la photographie dès la fin des années 60. Depuis lors, son œuvre photographique qui témoigne tant de la place essentielle de la nature dans notre existence que de notre responsabilité dans son altération, a fait l’objet d’innombrables publications et expositions.

L’exposition rassemble principalement des photographies du projet Our Lives and Our Children, Photographs Taken Near The Rocky Flats Nuclear Weapons Plant, publié par Aperture en 1983 et d’un second livre, No Small Journeys, Across Shopping Center Parking Lots, Down City Streets publié par la Matthew Marks Gallery en 2003.

La Fondation A Stichting, à l’occasion de cette exposition, s‘est associée aux éditions Hartmann Books pour publier Robert Adams, Hope is a risk that must be run.

Avec le soutien de la Fraenkel Gallery de San Francisco et de la Matthew Marks Gallery de New York.



Fondation A Stichting: 354, avenue Van Volxem - 1190 Bruxelles (Forest). Ouvert, du jeudi au dimanche, de 13h à 18h. Fermé le lundi, mardi et mercredi.
Visites possibles sur rendez-vous. Site Web



JAPANESE STREETSCAPES/Isabel Wets
BRUME ET POUSSIÈRE/Jean-Luc Feixa/Micheline Carpentier
du 24 janvier au 25 février 2018 à la Galerie Verhaeren


Isabel_Wets
© Isabel Wets

La première impression quand on découvre une ville japonaise est surprenante.
On rencontre des foules de personnes automatisées, guidées par l’habitude, des voies ferrées et des autoroutes qui se superposent sur plusieurs niveaux, des supermarchés accolés aux temples, des carrefours décorés par une multitude de passages pour piétons qui partent dans tout les sens. Bref, nous sommes face à une modernité tapageuse qui semble malgré tout en parfaite harmonie.
On tombe vite sous le charme des quartiers qui nous amènent à découvrir un temple oublié, un jardin zen, une petite ruelle où la vie est suspendue quelques instants.
Là où les murs de la ville frissonnent sous les murmures des temples, chaque coin de rue nous amène à découvrir que le beau côtoie le laid, que la tradition flirte avec la modernité et que finalement, l'éternel est très proche du divin.
Cette série de photographies est un voyage de paysages urbains tout en néons crépitants et en gratte-ciel qui offrent un jeu de miroirs et de reflets qui peuvent raconter deux histoires.
Entre sagesse ancestrale et frénésie urbaine, cette série part à l’assaut de tous les sens…


JL_Feixa
© Jean-Luc Feixa

Brume et poussière, montagne et désert… des deux côtés de la frontière franco-espagnole s’étirent des paysages étonnant de différences. A l’été 2016, durant quelques jours, je décidais d’arpenter deux de ces merveilles : le pic du Cagire et le désert des Bardenas Reales. Entre elles, peu de points communs, si ce n’est la force tranquille de la nature à l’état brut. De la montagne, je retiens le brouillard humide et glaçant qui semblait protéger des massifs à la beauté hypnotique. Du désert, je savoure encore l’atmosphère poussiéreuse qui plongeait dans un jaune pâle des pyramides de roches aux faux airs de décors américains.
Revenu de mon voyage en solitaire, je découvrais sur pellicule son récit imagé. Montagne et désert… sur une unique planche-contact, ces deux paysages aux visages si différents se retrouvent côte à côte. Le brouillard se mêle à la poussière, les animaux semblent être des frères et les vastes espaces arides voisinent avec une forêt de pins luxuriante. Un métissage à découvrir en 12 photos. Jean-Luc Feixa

Galerie Verhaeren: 7, rue Gratès (place Keym) - 1170 Bruxelles (dans les bâtiments du Centre culturel La Vénerie-Espace Delvaux).
Entrée libre, du mercredi au samedi, de 14h à 18 h et le dimanche de 10h à 13 h. Site: http://galerieverhaeren.be



HORS-CHAMPS au Centre d'Art de la Chapelle de Boondael
du 8 au 25 février 2018

chapelle_Boondael


Quand les ateliers de photographie argentique et numérique rencontrent l'atelier d'art numérique sur le thème du hors-champs dans un jeu de questions-réponses.
Quand la photographie (cadre) et le cinéma (cadrage) se donnent rendez-vous dans le néant pour explorer l'espace, réel ou imaginaire, autour et en dehors de l'image. Quand le vide exprime plus que le plein.

Une exposition de l'Ecole des Arts d'Ixelles.

Chapelle de Boondael: square du Vieux Tilleul,10 - 1050 Bruxelles



DERRIÈRE LE SOLEIL/Pauline Beugnies
du 10 février au 8 avril 2018 au Musée d'Art de la Province de Hainaut (BPS 22)


Pauline_Beugnies


Avec son installation vidéo et photographique, Pauline Beugnies dénonce le contexte actuel de répression violente et de propagande nationaliste en Egypte, sous le régime militaire du maréchal Al-Sissi. Au cours des quatre dernières années, des milliers d'opposants politiques, des manifestants, y compris des mineurs, ont été victimes de disparition forcée. Entre documents, témoignages et photographies, Pauline Beugnies démonte l'image erronée du monde arabo-musulman véhiculée par les médias.

A voir en parallèle à l'exposition Fig. de Marcel Berlanger.

BPS22: 22, Boulevard Solvay - 6000 Charleroi. http://bps22.be



MARC TRIVIER au Musée de la Photographie de Charleroi
du 9 décembre 2017 au 22 avril 2018


01
Marc Trivier, Yaak Valley, Montana 2011© Marc Trivier

Faut-il encore présenter Marc Trivier, même s’il a depuis quelques années choisi d’espacer ses expositions pour prendre avec la scène artistique une distance qu’il jugeait nécessaire?
Ses portraits d’artistes ou d’aliénés, ses puissantes photographies d’abattoirs qu’il présente ou reproduit sans hiérarchie ni section font partie aujourd’hui d’une histoire de la photographie en Belgique, rassemblés dans un ouvrage sobrement intitulé Photographies, coédité par le Centre régional de la photographie Nord Pas-de-Calais et le Musée de l’Elysée à Lausanne en 1988.

Contrairement à ce qui s’est dit, Marc Trivier n’a pourtant cessé de photographier. Cette absence, toute relative, fut le délai d’une réflexion sur l’acte de photographier et la naissance d’autres images dont le sujet pourrait être le temps, celui de la durée ou de sa fluidité atmosphérique.
Si l’apparence du paysage domine aujourd’hui l’œuvre de Marc Trivier, il n’est en rien la transcription d’un lieu ou d’une région que le photographe prétendrait illustrer : en ses vues de collines, de forêts, de frondaison où l’encolure d’un cheval se devine, constellé de lumière, c’est le temps que Marc Trivier entend éprouver et rendre visible, en des images solitaires ou couplées, planches-contacts associées horizontalement, énonçant celui de la prise de vue, la référence au cinéma s’imposant comme le souvenir de ces vieilles bobines des films que son père lui projetait.

L’exposition de Marc Trivier au Musée de la Photographie est accompagnée d’un ouvrage qui reprend des photographies plus anciennes mêlées de plus récentes, la chronologie n’ayant d’influence dans la cohérence de son propos : « l’histoire ce n’est pas le passé, c’est maintenant » écrit le photographe.

Marc Trivier est né en Belgique en 1960. Vers ses vingt ans, il commence la réalisation de nombreux portraits d’artistes parmi lesquels Francis Bacon, William S. Burroughs, Robert Frank, Samuel Beckett et Andy Warhol. En 1984, Marc Trivier reçoit le Prix national Photographie Ouverte de la Galerie du Musée de la Photographie à Charleroi et en 1988 le prestigieux Young Photographer Award de l’International Center of Photography. Le photographe ne cesse de produire mais expose peu : Palais de Tokyo (1986), Musée de l’Elysée (1988), CRP de Douchy les Mines (2002), Maison Européenne de la Photographie (2011).



Egalement au Musée de la Photographie de Charleroi:
17e Concours PRIX NATIONAL PHOTOGRAPHIE OUVERTE
du 9 décembre 2017 au 22 avril 2018


Brigitte_Grignet
Brigitte Grinet, série New-York, This is not America

Exposants: Annabel Werbrouck, Antoine Vanoverschelde, Brenda Lou Schaub, Brigitte Grignet, Céline Bataille, Christophe Collas, Frédéric Pauwels, Joëlle Bosmans, Johan Poezevara, Laurent Gélise, Paul Bulteel, Paul D´Haese, Pierre Moreau, Pierre Van Steene, Quentin Bruno, Simon Vansteenwinckel, Téo Becher, Herman Van Den Boom.

Musée de la Photographie de Charleroi: 11, avenue Paul Pastur - 6032 Charleroi (Mont-sur-Marchienne). Ouvert du mardi au dimanche, de 10h à 18h.
Site Web



MIRROR/Ai Weiwei, au FoMu d'Anvers
du 27 octobre 2017 au 18 février 2018


Weiwei


Avec sa critique radicale des violations des droits de l'homme, de l'abus de pouvoir et de la surveillance implacable des autorités chinoises, Ai Weiwei est devenu un des artistes contemporains les plus importants au monde. Bien qu'il soit souvent qualifié de «dissident» chinois, il voit surtout son activisme et sa critique des autorités chinoises comme une défense des droits universels de liberté d'opinion et de liberté d'expression.

Son œuvre accorde un rôle important à la photographie. De ses premières prises de position politiques (Study of Perspective, 1995-2011) à son flux quotidien de selfies et d'instantanés sur les réseaux sociaux. Sur Twitter et Instagram, il immortalise sa vie sous la surveillance constante des autorités et documente son métier d'artiste, ainsi que les gens qu'il rencontre, mais il affiche également son engagement sur les questions sociales actuelles comme la crise des réfugiés. En tant qu'individu, Ai Weiwei n'a pas peur de s'attaquer à l'autorité, de dénoncer des abus et de mettre à nu des rapports de force déséquilibrés – toujours avec un grand sens de l'ironie et du geste poétique.
À l'aide d'œuvres de périodes différentes, l'exposition au FOMU donne un remarquable aperçu de la critique visuelle actuelle d'Ai Weiwei.

Curateur: Ai Weiwei


Egalement à la programmation du FOMU:



EBIFANANYI. Andrea Stultiens
du 27 octobre 2017 au 18 février 2018


Ebifananyi


Le substantif Ebifananyi est dérivé du verbe Kufanana qui signifie ressembler à. Ebifananyi est le mot luganda qui peut à la fois renvoyer à des dessins, des peintures et des photos.

En 2011, Andrea Stultiens (NL) et l'artiste R. Canon Griffin (UG) ont fondé la plateforme History in Progress Uganda. Sous ce nom, ils documentent depuis lors des collections historiques de photographies ougandaises dans leur état actuel.
Le rôle de Stultiens est passé de celui de documentaliste à celui d’artiste et de curatrice. Elle privilégie une approche polyphonique et demande à des artistes contemporains d'activer le matériel visuel. Convergent ainsi de la documentation personnelle, le travail de photographes ougandais, mais aussi des clichés historiques de colons et missionnaires occidentaux. Elle rassemble les résultats dans huit publications intimes sous le titre d'Ebifananyi et les exhibe dans de nombreuses petites expositions en Ouganda et en Europe du Nord.

La présentation du FOMU regroupe pour la première fois toutes les collections photographiques sur lesquelles se fondent les publications, avec une contribution importante d'artiste ougandais R. Canon Griffin. Elle montre la diversité de possibilités narratives du matériel visuel historique. L'exposition donne en outre une idée des réactions aux collections en Ouganda. Stultiens met ainsi en lumière l'utilisation de l'image photographique dans ce pays d'Afrique orientale et remet en question l'image stéréotypée de l'Afrique.

Cette exposition a été réalisée en collaboration avec Paradox. Curateurs: Andrea Stultiens, Joachim Naudts (FOMU, BE) et Bas Vroege (Paradox, NL)
FoMu: Waalsekaai, 47 - 2000 Antwerpen. Ouvert du mardi au dimanche de 10 heures à 18 heures. Site Web



LE GÉNIE DES ARBRES, EXTRAITS 1983-2013/Jean-Luc Tartarin au CRP Nord
du 2 décembre 2017 au 18 février 2018


Jean-Luc-Tartarin
Jean Luc Tartarin, de la série "Entre(s)", 2013, tirage type C Digital © Jean Luc Tartarin

L’exposition personnelle que le CRP/ consacrée à l’artiste Jean Luc Tartarin propose aux visiteurs de se plonger dans l’épaisseur des images à travers une sélection de photographies issues des séries Entre(s) 2013 et Arbres 1983-1989. Si l’exposition Le génie des arbres, extraits 1983-2013 confronte différentes séries de cet artiste développant une œuvre photographique exigeante depuis les années 70, ce n’est pas ici sur un mode rétrospectif : le parcours d’œuvres proposé permet de dérouler et de comprendre un processus créatif singulier, une recherche constante qui s’intéresse à la matière de l’image, à l’émulsion photographique ; la photographie partage avec la peinture le projet de révéler et de réinventer le réel et dialogue depuis ses origines avec elle.

Lieu: galerie du Centre régional de la photographie Nord - Pas-de-Calais, Place des Nations - 59282 Douchy-les-Mines.
Site du CRP



PAYSAGES FRANÇAIS. UNE AVENTURE PHOTOGRAPHIQUE 1984-2017
du 24 octobre 2017 au 4 février 2018 à la BnF


nefzger
Centrale nucléaire de Nogent sur Seine (Aube), 2003. Série « Fluffy Clouds »
© Jürgen Nefzger, Courtesy Galerie Françoise Paviot, Paris
BnF, Estampes et photographie

Face à un paysage en mutation, Raymond Depardon, Lewis Baltz, Elina Brotherus et une centaine d’autres photographes tentent de dresser un nouveau « portrait » de la France. C’est le récit de cette aventure photographique, commencée à l’orée du XXIe siècle, que la BnF vous invite à découvrir au travers de plus de mille œuvres.

Exposition réalisée avec le soutien de Picto Foundation, le fonds de dotation des laboratoires Picto. En partenariat avec la RATP et l'Ina. Dans le cadre de Paris Photo.

Le visiteur est invité à une promenade photographique dans laquelle les commissaires de l’exposition lui racontent, de façon descriptive, le parcours, la chronologie et les thématiques abordées dans l’exposition grâce à 4 écrans vidéo et son, interprétés en langue des signes et sous-titrés.
Neuf photographes expliquent ensuite leur démarche de travail au travers de témoignages à écouter sous casque basés sur la description d’une œuvre précise. Ces bornes audio sont intégrées à la scénographie tout comme le plan tactile de l’exposition, des fiches explicatives en braille et gros caractères et une carte de France en relief des principales missions photographiques menées entre les années 80 et aujourd’hui.

Plus d'infos


RESIDENCES, ATELIERS, APPELS À PROJETS, STAGE, CONCOURS...


EXPOLAROID 2018/Appel à candidatures


Dans le cadre du Mois de la photographie instantanée, est lancé l'appel à candidatures pour Expolaroid Saint-Gilles. Deux possibilités de participation sont proposées:
- exposition du 19/04 au 6/05/2018, à la Maison Pelgrims de Saint-Gilles
- soirée de projection le 05/05/2018, à la Maison Pelgrims de Saint-Gilles

Conditions:
- utilisation du film Polaroid ou tout autre film instantané, tous les formats et tous les traitements sont autorisés
- ouvert à tous les photographes professionnels ou amateurs

Dossier pour la participation à l’exposition:
– une série de minimum 5 images réalisées au Polaroid ou film instantané représentative de votre travail en basse résolution. Mentionner le format d’accrochage et les détails techniques (agrandissement, type d’impression, système d’accroche…).
– vos coordonnées, site, réseaux sociaux…

Dossier pour la participation à la projection :
– une série de minimum 12 images réalisées au Polaroid ou film instantané représentative de votre travail en basse résolution.
– Vos coordonnées, site, réseaux sociaux…

Date limite des candidatures: 1er mars 2018. Site d'Expolaroid 2018



FESTIVAL FOTOLIMO/Appel à auteurs


FotoLimo


FotoLimo est un festival pluridisciplinaire dédié aux arts visuels (photographie, cinéma et multimédia) en collaboration avec la recherche universitaire. Il se donne pour objet d’étude la frontière au sens le plus large du mot. Sa première édition a eu lieu à la frontière franco-espagnole, à Cerbère et Portbou entre septembre et octobre 2016.

Par le festival (expositions photographiques, projections, conférences et tables rondes, ateliers et résidences d’artistes, lectures de portfolio, actions de médiation envers les publics locaux, scolaires ou étudiants), les organisateurs souhaitent créer une collaboration culturelle entre les deux régions frontalières et positionner la frontière comme une interface reliante.

L’appel à candidatures pour FOTOLIMO 2018 est ouvert… Date limite le 12 mars 2018. Thématique: La frontière, un espace de représentation, un espace représenté.
Le festival regroupera 16 expositions dont 6 seront choisies suite à cet appel à candidatures. Les photographes sélectionnés seront exposés lors du festival FotoLimo à Cerbère ou
PortBou pendant l’intégralité du temps du festival et pourront être également exposés sur le territoire du Pays Pyrénées Méditerranée dans l’année suivante.

Plus d'infos sur le dossier de candidatures


FESTIVALS ET COLLOQUES



DIVERS


TURNING PHOTOGRAPHY

capture_turningphotography


A l’occasion la 57ème Biennale de Venise pour laquelle Dirk Braeckman a été désigné comme représentant de la Communauté flamande dans le pavillon belge, la FWB et le Flanders Art Institute ainsi que d’autres partenaires se sont associés pour mettre en ligne un dossier spécial autour de la pratique de la photographie contemporaine présentant pas moins de 55 artistes belges du secteur.

La sélection de Dirk Braeckman pour le Pavillon belge à l’occasion de la 57e Biennale de Venise est apparue pour les initiateurs de cette opération comme l’occurrence rêvée de mettre en lumière les artistes les plus audacieux œuvrant aujourd’hui en Belgique dans le champ de la photographie. Leur positionnement privilégiant l’autoréflexion a permis d’envisager de nouvelles - et audacieuses - tentatives de redéfinir les possibles de la pratique photographique. Aussi, Turning Photography propose une sélection ordonnée de portraits d’artistes augmentée d’essais signés par des critiques faisant autorité dans le secteur: Steven Humblet, Danielle Leenaerts,
Anne-Françoise Lesuisse, Arjen Mulder et Joachim Naudts.

Parallèlement à une vaste sélection d’artistes et de photographes à la renommée plus ancienne et établie, Turning Photography met l’accent sur une génération de jeunes photographes et artistes visuels émergents. Leur travail a été sélectionné en raison de la spontanéité dénuée de déférence envers des pratiques photographiques plus conventionnelles qui en émane.

Turning Photography présente une série d’essais et d’interviews signés par des critiques renommés ainsi qu’une sélection de portraits d’artistes dont le travail a permis une exploration expérimentale et une réévaluation critique du rôle du photographe dans la perspective élargie des arts visuels contemporains et de la culture. Turning Photography invite à la découverte des facettes multiples du travail de ces artistes emblématiques de la tendance actuelle à réenvisager les possibles de la photographie.

Turning Photography est une initiative du Flanders Arts Institute en étroite collaboration avec la Fédération Wallonie-Bruxelles, BOZAR – Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, FOMU - Fotomuseum et M - Museum Leuven et se veut une introduction à la photographie contemporaine belge pour les professionnels internationaux de l’art.

http://turningphotography.be



ARTIST PROJECT/Iles asbl


Initié par ILES asbl, Artist Project est une plateforme dynamique, active dans le conseil et l’accompagnement d’artistes. Son objectif : aider les artistes à valoriser leurs projets et à acquérir plus d’autonomie dans leur parcours professionnel. Pour ce faire, ses trois missions sont d’informer, former et conseiller les artistes ainsi que tous les publics intervenant dans les domaines créatifs. Equipe: Christelle Cornez (direction), Géraldine Van Houte (coordination), Alexandre Pintiaux (juriste), Anne D’hond, France Morin et Davide Lavoratornovi (Conseil, accompagnement et formation).
Artist Project récolte également un ensemble d’appels à projets, de résidences, de concours et autres initiatives en cours dans le secteur de la musique, des arts scéniques et des arts visuels. Si vous souhaitez être informé au quotidien, ces appels sont insérés au fur et à mesure sur leur site ou leur page Facebook.

logo_artist_project


BROWNIE

logo_Brownie


Depuis août 2017, BrowniE est une plateforme de valorisation de la photographie « de » et « en » Belgique, conçue et animée par Justine (journaliste) et Boris (graphiste). On y trouve des outils (agenda des expositions photo en Belgique, carnet d’adresses spécialisé), des informations (actualités, appels à projets), des présentations de livres et d’expos, des interviews d’acteurs du monde belge de la photo, et bien sûr, des photographies (portfolios, rubriques Le doigt dans l’œil et La vie domestique). L'accès à ce contenu, riche et diversifié, est gratuit.

http://browniephoto.be



LE LABEL DIGIGRAPHIE®


APP Photolab a obtenu le label "Digigraphie®". Il s’agit d’une reconnaissance internationale d’excellence en matière d’impression. Ce label permet aux artistes photographes de produire des séries limitées, numérotées, signées et estampillées de leurs œuvres originales en très haute qualité, avec une durée de vie de plusieurs générations.

La Digigraphie® est un label qui répond à des critères précis et à des usages stricts. Seuls certains imprimeurs sélectionnés avec soin, certains papiers et encres ayant subi des tests de vieillissement poussés obtiennent ce label. C’est le gage de sa valeur et la condition de son succès. Un certificat est fourni avec chaque tirage. Adoptée par les artistes, les galeries et les collectionneurs, la Digigraphie® est devenue LA référence dans l’impression numérique d’art.

La Digigraphie® offre à chaque artiste l'occasion de diffuser ou de vendre plus largement sa création en lançant une série limitée de qualité. Elle empêche tout plagiat puisque chaque œuvre est numérotée, estampillée et signée. L'artiste peut produire ses œuvres en fonction de la demande.

La Digigraphie® ouvre un nouvel horizon pour la reproduction numérique d’art. Grâce à elle, le monde de l’art exploite enfin tous les avantages des technologies numériques, tout en garantissant une qualité et une conservation exceptionnelles des œuvres produites.

Les artistes digigraphes ont désormais leur site : www.digigraphie.com
Chaque artiste peut y être inscrit en vue d’y présenter son portfolio d’œuvres certifiées « Digigraphie® ».

Le site d'APP Photolab: www.app.be