Les Résidences d'artistes à Bruxelles

HICHAM BENOHOUD
Version Soft


Résidence d'artiste réalisée en 2003





Hicham Benohoud, extrait de Version Soft, 2003

Déclaration d'intention

Un musulman à Bruxelles

Je viens d'une culture que personne n'a le droit de renier. On a pas le droit de se poser des questions. L'Islam apporte, depuis le 15ième siècle déjà, toutes les réponses. Il apporte la vérité absolue. Tous les musulmans savent exactement qui ils sont, d'où ils viennent et où ils partiront. Toutes les réponses qu'apporte le Coran sont évidentes. Le moindre doute, le moindre questionnement sont considérés comme des péchés. Il faut croire, croire en Dieu, le servir, telle est notre raison d'exister. Quand j'ai découvert l'Occident, il y a 5 ans, je me suis aussitôt posé des questions par rapport à ma religion. J'ai senti qu'il y avait d'autres sensibilités, d'autres convictions, d'autres vérités. J'étais fasciné par la liberté d'exprimer ses propres opinions politiques, sociales, religieuses, éthiques, esthétiques, etc.

Dans ma culture, on exprime pas, on ne s'exprime pas. Contrairement à l'Occident, la notion de l'individu n'existe pas. Les musulmans se ressemblent tous, on a les mêmes goûts, les mêmes préoccupations, les mêmes désirs, les mêmes frustrations, la même religion. Depuis 5 ans, tout ce qui est interdit par l'Islam m'interroge. Je me permets maintenant de poser des questions, je me permets de douter, je me permets de refuser. C'est en ce sens que ce projet à Bruxelles m'intéresse. Ce séjour à Bruxelles me permettra d'exprimer témérairement mes angoisses les plus enfouies. C'est un projet que je ne pourrai jamais réaliser en terre d'Islam: aucun musulman n'osera se montrer nu publiquement, aucun musulman n'osera porter une croix, etc.

Dans l'espace de quelques jours et avec l'aide précieuse de quelques photographes bruxellois ou établis à Bruxelles et dont j'apprécie la démarche, je donnerai à voir des images qui passeront peut-être inaperçues en Occident mais qui seront interprétées par les orientaux comme les pires des perversions. Comme aucune galerie au Maroc ni dans le monde arabe n'osera exposer ce travail, j'envisage de le monter en envoyant cette publication par la poste à plusieurs artistes musulmans ainsi qu'à plusieurs institutions culturelles marocaines et arabes. Dans ces photos, je me mettrai moi-même dans des situations interdites par l'Islam. C'est moi qui propose les mises en scène et c'est aux photographes bruxellois de proposer le cadrage, la couleur, le format, chacun selon sa propre sensibilité. Chacun de ces photographes doit avoir sa spécialité: mise en scène, nature morte, nu, paysage, architecture, mode, etc. J'arriverai à Bruxelles avec des croquis et un planning de rencontres avec tous ces photographes.

Hicham BENOHOUD

Cette résidence d’artiste à Bruxelles a bénéficié du soutien de la Commission Communautaire Française (COCOF) et du Commissariat général aux Relations internationales de la Communauté française de Belgique.




Hicham Benohoud est né en 1968 à Marrakech, Maroc, où il réside et enseigne les arts plastiques.

Après un baccalauréat en arts plastiques, il obtient en 1999 un diplôme du Centre Pédagogique Régional, puis suit en 2003 un cursus au Centre de Formation de Plasticiens Intervenants à l’Ecole Supérieure des Arts Décoratifs de Strasbourg.

Plasticien et photographe, ses travaux sont exposés régulièrement depuis 1998. Il est représenté par la galerie Vu à Paris.

Il a pris part à de nombreuses expositions collectives; on peut citer, parmi les plus récentes: en 2003, l’exposition "Transferts", au Palais des Beaux-Arts de Bruxelles, dans le cadre d’Africalia, l’exposition "Uniques" à la Galerie Vu à Paris, ainsi qu’une participation à l’exposition "L’art contemporain au Maroc" au Centre Culturel De Warande, Turnhout; en 2002, à l’Institut Cervantès à Casablanca, Maroc, au Musée d’Alméria, Espagne, au Centre Culturel français à Abidjian, Côte d’Ivoire, et à "Au-delà du mythe"
à la Brunei Gallery de Londres. En 2002 encore, son travail est montré à la Biennale Dak’Art à Dakar, Sénégal et à la Biennale de la Photographie à Bamako, Mali. En novembre 2001, il participe à "Paris Photo" au Carrousel du Louvre à Paris, France. Ses photographies ont fait l'objet de plusieurs publications.

En 2001, il se voit consacrer une exposition personnelle relative à son travail "La salle de classe"
à la Galerie Vu, Paris, France. L’année suivante, plusieurs expositions personnelles lui sont dévolues: notamment à la Galerie La Lieu de Lorient, France, à la Galerie Châteauneuf de Tours, France. Son travail intitulé "Version soft" est montré lors d’une exposition personnelle dans le cadre du Mois de la Photo au Musée de Marrakech, Maroc, de mai à juillet 2003.

Il a bénéficié de plusieurs résidences d’artistes: en 1999, à l’Ecole Supérieure des Beaux-Arts de Marseille, France, en 2001 à La Saline Royale, à Arc-et-Senans, France, en 2002 à l’Ecole Supérieure d’Art de Lorient, France et en 2003 à l’Espace Photo-graphique Contretype, Bruxelles.

En 2004, il expose Version Soft, aboutissement de sa résidence d'artiste à Bruxelles, réalisée à l'Espace Photographique Contretype.

Les expositions d'Hicham Benohoud organisées par Contretype:

Version Soft, à Espace Photographique Contretype, 2004

Ré-collection (expo collective), à Espace Photographique Contretype, 2010

Plus à propos d'Hicham Benohoud sur le site de la Galerie VU'